Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

11/17
Chroniques CD du mois Interview: THE NIGHT CATS Livres & Publications
Portrait: IKE TURNER Dossier: VOCALION  
 


Portrait
WILLIE MABON
24 octobre 1925 (Tennessee) – 19 avril 1985  (France)


BLUES ARTHUR CRUDUP
blues arthur crudup
blues arthur crudup






Pianiste développant une belle rythmique, il joue en finesse et décontraction. Doté d’une voix de baryton légèrement voilée son chant est sobre et expressif.

Willie James Mabon naît à Hollywood un faubourg de Memphis en  octobre 1925. Sa mère chante dans une chorale à l'église. C’est donc tout naturellement qu’il suit très jeune cette voie toute tracée et chante dans une formation de gospel. blues willie mabonIl apprend l'harmonica durant son enfance puis le piano un peu plus tard en autodidacte. Quand sa mère meurt en 1942, il suit son père à Chicago. En  1943 il est appelé sous les drapeaux et devient au bout de quelques mois instructeur militaire en Caroline du Nord. Démobilisé  en 1945, il rentre à Chicago et trouve un emploi dans une compagnie de transport puis dans une entreprise d’ascenseur. Durant les week-ends il commence à se faire un nom comme chanteur et pianiste dans la Windy city.  Il rencontre et fréquente Memphis Slim et Sunnyland Slim. Il se lance sérieusement dans la musique, vers la fin de l’année 1946. Il fonde le band des Blues Rockers avec les guitaristes Lazy Bill Lucas et Earl Dranes et se produit au Tuxedo Lounge. Le band trouve des engagements dans d’autres clubs comme le Tempo Tap ou l’Harmony Lounge. Remarqué par les frères Chess, ceux-ci lui font signer un contrat sur leur label Aristocrat. Son style plutôt jazzy avec piano et saxophone contraste alors un peu avec les autres artistes de la maison de disque.
À la fin de 1949, les titres ‘Times Are Getting Hard’, ‘Trouble In My Home’ sont bien accueillis par le public, suivra ‘When Times Are Getting Better’. Sur ces titres, sa voix douce et son style élégant ainsi que la prestation du saxophoniste Ernest Cotton donne un côté West coast l’ensemble. On le compare alors à Charles Brown.
En 1952, il sort en solo ‘I Don't Know’ enregistré quelques années plus tôt. Le titre reste dans les premières places du Billboard durant 8 semaines. Cette production devient le plus gros succès du label Chess de cette période. Alors que le rock’n’roll est en train d'émerger cette chanson diffusée dans les premières émissions radio d’Alan Freed, touche un public blanc et est l'une des premières reprises de rhythm and Blues par un artiste blanc, Tennessee Ernie Ford. A cette époque Willie Mabon séjourne longuement à New York et passe sur la scène de l'Apollo de Harlem. De retour à Chicago il donne une série de concerts au Regal avec Illinois Jacquet. On le voit également dans les clubs du West side et du South side : Flame Show Lounge, 708 club et Ralph’s New Club.
Fort de son succès, Willie Mabon est recherché par d’autres interprètes en tant qu’auteur-compositeur. Il reste au top en 1953 avec ‘I'm Mad’ et en 1954 avec ‘Poison Ivy’. Les tournées se succèdent. Alors que son saxophoniste Charlie Ferguson se rétablit des blessures subies lors d'un accident d'automobile, Willie Mabon lui-même est impliqué dans un accident de la route en se rendant à Memphis. Il enregistre néanmoins toujours régulièrement pour Chess avec de superbes réussites: ‘You're A Fool’, ‘I Got To Go’, ‘Would You Baby’, ‘The Seventh Son’, ‘Knock On Wood’, ‘et les instrumentaux ‘Night Latch’ et ‘Cruisin'’.
Leonard Chess atteste que ‘I Do not Know’ reste la meilleure vente du label quand fin mars sort le single ‘Come On Baby’/‘I Feel So Good’. Au printemps de 1955, Willie Mabon fait partie d’un grand show de rhythm’n’blues à Cleveland avec The Drifters, The Ravens et Todd Rhodes. Plus tard on le voit à Saint Louis dans le Missouri et Louisville dans le Kentucky. A l’automne parait un nouveau 45tours ‘Seventh Son’/‘Lucinda’.
Au printemps 1956 sortent deux nouveaux titres ‘Knock On Wood’/‘Got To Let You Go’ et Willie Mabon est à l’affiche d’une revue r’n’b à Gary dans l’Indiana. En 1957 il quitte Chess et enregistre pour le label Federal ‘Light Up Your Lamp’ et ‘I Got To Find My Baby’. Mais sa carrière décline peu à peu et il ne réussit pas à se maintenir en haut de l’affiche. Pour ne rien arranger sa santé lui joue des tours.
blues willie mabon
En 1962 il grave quelques titres sur le petit label Formal mais c’est en en signant sur le label U.S.A qu’il retrouve un certain allant. Sa première session produite par Willie Dixon rassemble un orchestre de premier ordre : John Cameron et Earl Crossley (saxophones), Billy The Kid Emerson (orgue), Lacy Gibson et Eugene Pearson (guitares), Jack Meyers (basse) et Clifton James (batterie). A l’instar de ‘Just Got Some’ composé pour lui par Willie Dixon, sa production pour U.S.A est d'un excellent niveau.
En mai 1964, pour une série d'émissions de la radio suédoise dédiées au blues, l’initiateur du projet fait quelques séjours à Chicago et s'installe au Sutherland Lounge pour enregistrer et interviewer les artistes de la ville. Willie Mabon se produit seul au piano. Un album paraît sur le label Jefferson titré I Blueskvarter Chicago 1964, Volume 1 sur lequel on peut apprécier l'élégance vocale et pianistique de Willie Mabon dans une ambiance intimiste du meilleur effet. Une de ses plus belles prestations en live.
En 1967 il renonce temporairement à la musique et gagne sa vie durant 4 ans comme chauffeur de camion.
A part un single pour Checker en octobre 1969, Willie Mabon n'enregistre rien pendant plusieurs années. Lorsque les organisateurs de l’American Blues Legends l'invite à tourner en Europe, il découvre un nouveau public. Avec son style de piano si personnel, il devient très vite populaire en en France. Comme Memphis Slim, il s’installe à Paris en 1972, vivant et enregistrant des deux côtés de l'Atlantique pour le reste de sa carrière. A Paris il passe aux Trois Mailletz et au Bilboquet. A Londres il se produit au 100 Club.
Grâce au producteur Al Smith à la recherche de bluesmen pour son label Blues On Blues, Willie Mabon retrouve le chemin des studios au début de l'année 1972. Il est accompagné par Little Mack Simmons à l'harmonica, et la paire de guitaristes constituée par Mighty Joe Young et Eugene Pearson, Jimmy Richards est à la basse et Bill Warren à la batterie. Avec ce nouveau 33tours intitulé Willie Mabon Is Back Funky, quelques superbes morceaux voient le jour comme ‘I Wonder’, ‘Trouble Blues’, ‘Thinking About You’ et une relecture de son succès ‘Poison Ivy. Toujours en 1972 pendant la tournée du Chicago Blues Festival il enregistre à Bordeaux pour le label Black & Blue l’album Cold Chilly Woman. Dans une ambiance intimiste ce disque présente Willie Mabon accompagné d'une simple section rythmique etblues willie mabon parfois seul au piano et à l'harmonica
En 1973 il est à l’affiche de différents festivals. En janvier il grave en France pour le label America l’album Comme Back. Plus tard en mars pendant la tournée de l'American Blues Legends il enregistre au Chalk Farm Studios de Londres le LP The Comeback accompagné par Mickey Baker à la guitare, Dan Armstrong à la basse et Pete York à la batterie. En juillet il passe au Festival de Montreux. Il est également à l’affiche à Dunkerque et à Nancy. En décembre il enregistre un nouvel album pour Black & Blue Shake That Thing. Une première séance est gravée en studio à Toulouse, une deuxième se fait en live à Amsterdam. En 1974, il est à Nice, Berlin, en Belgique. En 1975 il se joint à la tournée Chicago Blues Festival.
En 1980 l’organisation de l’American Folk Blues Festival monte une nouvelle série de spectacles qui tournent essentiellement en Allemagne, Willie Mabon donne alors ses derniers concerts.
Il meurt d'un cancer de la gorge à seulement 59 ans le 19 avril 1985.

Gilles Blampain