Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

été 17
Chroniques CD du mois Interview: JUJU CHILD Livres & Publications
  Dossier: AMERICAN EPIC Interview: DOM FERRER
 


Portrait
SKIP JAMES
9 juin 1902 (Bentonia, Mississippi) - 3 Octobre 1969 (Philadelphie, Pennsylvanie)


BLUES ARTHUR CRUDUP
blues arthur crudup
blues arthur crudup






Avec une technique de fingerpicking complexe, une voix haut perché, des compositions mélancoliques, il a signé quelques grands standards du genre.

Nehemiah Curtis James voit le jour le 9 Juin 1902 sur la Woodbine Plantation à 2 miles à l’ouest de Bentonia où sa mère Phyllis travaille comme cuisinière. Son père, Edward James, ancien trafiquant d’alcool reconverti en pasteur blues skip james au sein de l’église Baptiste, déserte le foyer quand le petit garçon a 5 ans. Nehemiah est élevé par ses grands-parents ; vers ses 12 ans il rejoint sa mère à Sidon, une ville plus au nord où elle a trouvé un nouvel emploi. Fait assez rare à cette époque pour un enfant noir dans un état du Sud, Nehemiah James suit une scolarité régulière jusqu’au secondaire. Cette éducation qui lui apporte une certaine aisance dans l’expression fera de lui un personnage un peu à part dans le monde des musiciens de blues.
Dans sa jeunesse, il s’initie tout d’abord au piano et il n’a pas encore 15 ans quand il apprend à jouer de la guitare sous le regard de Henry Stuckey, musicien local de cinq ans son aîné, qui lui prodigue ses conseils. Le sobriquet de Skip lui vient de son engouement pour la danse et sa façon de sautiller.     
Vers 1918 il part en Arkansas où il travaille dans une scierie. C’est là qu’il rencontre Will Crabtree, un pianiste grâce aux conseils de qui il perfectionne sa technique. Plus tard il est sur les chantiers de construction de routes et de renforcement des digues du Mississippi. Dans les années 1920 il écrit ce qui est peut-être sa première chanson, «Illinois Blues", récit de ses expériences comme ouvrier. Mais il prétendra bien plus tard qu’à cette époque la musique n’était pas sa priorité, qu’il vivait de la contrebande, du jeu et du proxénétisme. Il disait porter un couteau et un pistolet, et les aurait utilisés, laissant même entendre à qui voulait le croire qu'il avait tué un homme. Certains prétendent que le regard qu’il portait sur les autres musiciens et le monde en général était empreint d’un certain dédain.

Au milieu des années 1920 il se produit en compagnie de son ami Henry Stuckey à Vicksburg et à Yazoo city. C’est à cette époque qu’il se marie, mais le bonheur est de courte durée, sa femme le quitte rapidement pour un vétéran de la Première Guerre mondiale ; cet épisode douloureux lui inspire sa composition la plus rude, ‘Devil Got My Woman’.
En 1929 il s’installe  à Jackson, Mississippi, et anime çà et là des house parties en compagnie du guitariste Johnny Temple. Au début de 1931, Skip James est auditionné par H.C Speir propriétaire d'un magasin de disques et découvreur de talents à Jackson. Suite à cette audition, Speir adresse James à Art Laibly, recording manager chez Paramount. Skip James part à Grafton dans le Wisconsin où se trouvent les studios de la maison de disques. Il interprète pour ces sessions Paramount, 13 chansons en s’accompagnant à la guitare et 5 au piano. Comparé aux enregistrements de cette époque le style de Skip James est vraiment très personnel et sort du lot. Comme il est courant à cette époque, James enregistre indifféremment blues et spirituals, des reprises et des compositions originales, brouillant souvent les frontières entre les genres: ‘Cherry Ball Blues’, ‘Hard Time Killing Floor Blues’, ‘Devil Got My Woman’, ‘Jesus Is A Mighty Good Leader’, ‘22-20 Blues’...
Malheureusement la Grande Dépression impose son lot de misère et de restrictions et les disques se vendent très mal. Paramount cesse les enregistrements en 1932 et dépose le bilan en 1935. James renonce donc à cette carrière de musicien qui s’ouvrait devant lui et n’enregistre rien durant les 30 années qui vont s’écouler. Il n’abandonne pas totalement la musique mais reste pratiquement inconnu du public jusqu'au début des années1960.

blues skip james

Ses compositions dégagent une certaine mélancolie. Son jeu de guitare en open tuning en ré mineur révèle une technique de fingerpicking complexe et sa voix douce et haut perché liée à sa prosodie obsédante en font un interprète du Delta blues rapidement reconnaissable. 

Après son séjour dans le Wisconsin il renoue contact avec son père et part au Texas où vit celui-ci. Il s’installe à Dallas et devient ministre du culte. Si l'ampleur de son implication dans les activités religieuses reste assez floue, il est un fait avéré qu’il dirige un groupe de gospel, The Dallas Jubilee Singers, avec lequel il se produit.
Quelques années plus tard il pose ses valises à Birmingham, en Alabama, où il occupe un emploi de mineur, puis à Hattiesburg et Meridian dans le Mississippi, ce qui lui permet de revenir de temps à autre dans sa ville natale. En 1947 il rencontre Mabel qui devient sa seconde épouse. S’il ne gagne pas sa vie avec la musique il se produit néanmoins parfois ici et là en petit comité et c’est ainsi qu’en 1948 il joue au Blue Front Café de Bentonia qui vient d’ouvrir ses portes. En 1951 il est ouvrier agricole à Tunica. C’est probablement dans ce coin de l’Etat du Magnolia qu’il passe les 10 années qui suivent.

En 1964, dans le cadre de leurs investigations motivées par le Blues Revival, John Fahey, Bill Barth et Henry Vestine sont à Dundee dans le Mississippi, grâce à différentes rencontres ils finissent par entrer en contact avec Mabel James. Son mari, leur dit-elle, est dans un hôpital non loin de là, à Tunica où il a subi une légère opération. Ils se rendent au chevet du musicien pour lui parler de leur projet de remettre en lumière les bluesmen originels et le persuade de revenir devant un large public.  
Deux semaines après avoir quitté l’hôpital, en juillet 1964, avec d'autres musiciens sortis de l’oubli, Skip James apparaît sur la scène du Newport Folk Festival. Il partage l’affiche avec Fred McDowell, Sleepy John Estes, Doc Reese, Robert Pete Williams, Mississippi John Hurt Reverend Robert Wilkins, Elisabeth Cotton et Willie Doss.

Peu de temps après ce retour largement apprécié par la nouvelle génération, il revient en studio pour la première fois depuis plus de 30 ans et grave les 12 titres qui composent le superbe Greatest Of The Delta Blues Singers qui paraît sur le label Melodeon. Cet enregistrementblues skip james qui se fait le 16 décembre 1964 au Wynwood Recording Studio à Falls Church en Virginie est un aperçu de sa carrière qui reprend quelques-unes des chansons des sessions Paramount de 1931 et une demi-douzaine de nouvelles compositions, ‘Sick Bed Blues’, ‘Washington D.C Hospital’, ‘Center Blues’... Si sa dextérité à la guitare a perdu un peu d’éclat avec les années, le passage du temps a fait que sa voix est beaucoup plus expressive. Les années suivantes, il enregistre pour les labels Takoma, Melodeon, Vanguard, Biograph et participe à divers engagements. En 1965 il se produit à nouveau au Newport Festival.

En décembre 1966 paraît l’album Fresh Cream du  trio britannique Cream (Clapton, Baker, Bruce) sur lequel figure ‘I’m So Glad’ titre que James avait enregistré en 1931. Le disque est un succès. Cette reprise rapporte 6000 dollars de royalties à Skip James, un revenu  non négligeable qu’il n’avait pas espéré.

Entre 1965 et 1966 on peut le voir à Philadelphie, Boston, New York, Washington, Detroit. En 1967 il joue sur le campus de l’Université de Chicago et effectue une tournée européenne avec l’American Folk Blues Festival. En 1968 il donne une série de concerts sur la côte Ouest, mais à la fin de cette année il connaît de sérieux problèmes de santé. Il en ressort affaibli. Installé au nord de Philadelphie il ne se déplace plus beaucoup et travaille essentiellement dans les clubs locaux autant que ses forces le lui permettent. Après avoir subi plusieurs opérations chirurgicales, il décède d'un cancer le 3 octobre 1969.

Gilles Blampain