Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

été 17
Chroniques CD du mois Interview: JUJU CHILD Livres & Publications
  Dossier: AMERICAN EPIC Interview: DOM FERRER
 


Portrait



blues josh white
blues bb king


                           31 janvier 1906 (Arkansas) – 17 juillet 1983 (Louisiane)

Roosevelt Sykes est certainement le pianiste le plus important du blues urbain moderne. Son style et sa personnalité ont influencé des artistes comme Henry Gray, Otis Spann, Pinetop Perkins, Henry Townsend, Fats Domino, Memphis Slim et quelques autres.

Il voit le jour le 31 janvier 1906 à Elmar en Arkansas. Orphelin très jeune, c’est son grand-père qui le recueille alors qu’il n’a que 7 ans et qui lui apprend à jouer de l’orgue. Il pratique cet instrument pendant son enfance dans les églises autour de chez lui à Helena. En 1918, il s’initie en autodidacte au piano. A 15 ans, il s’enfuit de chez son grand-père pour se produire fréquemment dans les barrelhouses et les maisons de jeux de l’Arkansas et de la Louisiane en compagnie de celui qu’il reconnaît comme son mentor : Lee Green.

Zone de Texte:A la fin des années 20, il s’installe à Saint Louis, Missouri, gagne sa vie comme serveur et joue du piano le soir dans les petits clubs pour quelques pourboires. Son talent est alors reconnu, il est engagé au Jazzland et peu après il grave ses premiers enregistrements à new York sur le label Okeh. Son tout premier titre ‘44 Blues’ devient rapidement un standard. Pendant 5 ans, pour des raisons de contrats avec différentes maisons de disques, il enregistre de nombreux 78 tours sous son propre nom ou sous divers pseudonymes : Dobby Braggs, Easy Papa Johnson, Willies Kelly... Il grave quelques centaines de chansons et connaît le succès commercial notamment avec les titres ‘Night Time Is The Right Time’ et ‘The Honeydripper’. Au début des années 30, il jouit d’une grande popularité dans les clubs de Saint Louis où il se produit parfois en compagnie des guitaristes Clifford Gibson et Peetie Wheatstraw et il est souvent sollicité comme musicien de studio. Sa renommée étant établie à Saint Louis, il part pour Memphis où il signe un contrat au Midway Café. Ceci ne l’empêche pas d’aller jouer de temps à autre dans les clubs de Chicago et d’effectuer des tournées à travers les USA en compagnie du pianiste Saint Louis Jimmy Oden.

Entre 1934 et 1941, il est talent scout (découvreur de talent) pour les labels Victoria et Decca. A la fin de cette période, il s’installe à Chicago où il se produit dans de nombreux clubs, notamment au Flame Club où il joue souvent en compagnie de Lonnie Johnson. En 1943 il signe avec le label Bluebird. Ce sont ses enregistrements des années 40 qui constituent la transition entre le blues rural du sud et le style plus moderne du Chicago blues électrique. Roosevelt Sykes sait évoluer selon les goûts du public et à l’inverse de nombreux artistes de sa génération, même s’il connaît une légère baisse de popularité, il est encore sur le devant de la scène dans la période d’après guerre. De 1947 à 1954, il change de formule, transforme son quartet en big band en étoffant la partie rythmique de cuivres se trouvant ainsi à la tête de 10 à 12 musiciens et tourne abondamment à la tête des Honeydrippers. Son dynamisme, la sûreté de son jeu et la puissance de son chant en font une des vedettes du rhythm’n’blues naissant. En 1954 il quitte Chicago pour s’installer à New Orleans. Durant cette période il enregistre su les labels Victor, Regal, Imperial, United et anime un programme quotidien de télévision The Toast Of The Coast, à Mobile, Alabama.

Zone de Texte:  Durant les années 60 et 70, il enregistre pour les labels Storyville, Delmark, Bluesville et Folkways, continue les tournées, parfois en solo ou en petite formation, et participe aux grands festivals nord américains : Ann Arbor (1969, 1970, 1973), Mariposa (1972), Montréal (1971), New Orleans (1970, 1971, 1973, 1974, 1975), Miami (1972, 1974) et vient en Europe avec l’American Folk Blues festival. Il ne délaisse pas pour autant les studios, continue d’enregistrer et se produit dans les clubs d’est en ouest aux Etats-Unis. Au fil des ans son succès est intact et ne se dément pas, il reste toujours actif et à plus de 70 ans il est toujours très présent sur scène. Jusqu’au début des années 80 on peut donc le voir dans les clubs et les festivals et il apparaît aussi à la télévision et participe à des émissions de radio.

Le 17 juillet 1983, il meurt d’une crise cardiaque à son domicile de la Nouvelle Orléans. Compositeur et parolier prolifique aux textes parfois paillards, musicien jovial et lucide, Roosevelt Sykes laisse derrière lui une discographie impressionnante.

Gilles Blampain

 

 


blues josh white