Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

05/19
Chroniques CD du mois Interview: FRED ATOME Livres & Publications
Portrait: nucleus Interview: the swinging dice Portrait: homesick james
 


Portrait
homesick james
William Henderson
Entre 1904 et 1914 (Tennessee) – 13 décembre 2006 (Missouri)


blues kansas joe mc coy
blues kansas joe mc coy







Une charade existentielle de plus.

Homesick n’est qu’un maillon de la chaîne, sinon anonyme, quand même loin du panthéon. Son vieil ami Sunnyland Slim a au moins accouché quelques légendes. Homesick n’a pas stimulé de mythes naissants et ses intimes, blues homesick jamesSnooky Pryor, Floyd Jones, Honeyboy Edwards, n’ont pas davantage contracté le torticolis de la bonne étoile. Homesick est né Henderson. Pourquoi pas ? Quand on lui a demandé sa date de naissance, il a égrené dix calendriers ! Il s’est vanté d’être le cousin d’Elmore James, de lui avoir passé le laiton à l’auriculaire et dégrippé les jointures. Dans les années 90, pas gêné, le verbe haut et le costume irréprochable : « Je ne suis pas le cousin d’Elmore James, déclare-t-il dans une interview. J’ai épousé sa cousine qui était de Louisiane, c’est pourquoi on fait la confusion. » Il se fout bien de perpétuer un nom qu’il n’a peut-être jamais su. Il a dit avoir vagabondé avec Robert Johnson, sans doute quand il a réalisé l’importance que les Blancs accordaient à cette référence. Peut-être l’a-t-il fait d’ailleurs, en supposant qu’une fois dans sa vie il n’ait pas tiré de charres. Parti des environs de Memphis, il arrive à Chicago dans les années 30, y trouve Big Joe Williams, le premier Sonny Boy, et surtout Memphis Minnie qui le dépaganise, s’occupe de son jeu, de sa présentation et même de sa prononciation. A-t-il vraiment enregistré un disque pour RCA/Victor en 1937, avec Little Buddy Doyle ? Il serait passé à l’électricité dès 1938. A cette époque, il est un guitariste et un chanteur beaucoup plus polyvalent qu’il n’y paraît, capable de rivaliser avec Lonnie Johnson, jouant dans le big band d’Horace Henderson, ce qui explique peut-être le swing et l’urbanité de son premier single officiel chez Chance en 1952 : ‘Lonesome Ole Train’ couplé à ‘Farmer’s Blues’ qui est, à l’inverse, du Delta électrique. Homesick aura joué le sac de nœuds toute sa vie. Son style est aussi fuyant que sa personnalité, des chants suraigus, graves, des jeux tout aussi différents, swinguants ou rigides, des bottlenecks durs ou moelleux.

Il tourne au moins deux disques chez Chance, notamment ‘Homesick’, quasi-reprise de ‘Dust My Broom’, un titre dont il tire son surnom. Auparavant, on l’appelait Look-Quick à cause d’un aphorisme dont il était coutumier : « Look quick, ‘cause tomorrow I may be gone ». De fait, tout le monde connaissait ses sautes d’humeur. Il fut pendant dix ans le bassiste d’Elmore James, jusqu’au décès de son héros en 1963, à l’en croire dans son propre canapé. C’est vers cette époque que sa carrière discographique commence vraiment, d’abord par quelques faces remarquables chez Colt. Il emprunte deux chansons à Memphis Minnie, mais les interprète dans le style d’Elmore : ‘Set A Date’/ ‘Can’t Afford To Do It’. Puis chez USA avec une version coriace de ‘Crossroads’. Quelques titres chez Vanguard, le label des Blancs. Et un premier album Prestige en 1964 : Blues On The South Side, produit par Sam Charters.
A partir de 1964 il dépose une douzaine d’albums pour divers labels. Sa discographie se concentre dans les années 70 quand le blues est presque un cadavre, et dans les années 90 quand il ressuscite. C’est plutôt l’œuvre d’un suiveur, mais elle rend un beau South Side tigré Elmore. On peut d’ailleurs citer Blues On The South Side, d’un classicisme qui ne chicane pas l’émotion, ou Ain’t Sick No More (Bluesway 1973), un peu plus moderne, un peu plus ghetto, légèrement planant. Ce gommeur d’empreintes digitales ne cesse de ressasser les dix années passées au service d’Elmore, sa contribution à ‘It Hurts Me Too’ et ‘The Sky Is Crying’, inlassable prétendant à l’héritage. Combien de fois l’a-t-il meulée, l’intro de ‘Dust My Broom’ ? Et puis Goin’ Back In Times en 1994, chez Earwig.

Sans une de ces sautes d’humeur auxquelles il était sujet, l’album partait sûrement dans une nouvelle protestation de lignée, avec un groupe complet dans lequel figurait Sunnyland. Homesick James plante le band et se casse. Le producteur Michael Frank n’est pas content, il vient de s’assBLUES HOMESICK JAMESeoir sur l’investissement de la séance. Le lendemain Homesick consent à s’extirper du motel dans lequel on l’a logé pour la nuit, et pénètre dans le studio, à peine soutenu sur un titre ou deux par Honeyboy en guitare d’appoint. Il tisse une pénombre de lignes introspectives, curieusement hantée par le souvenir de Big Joe, coupée d’accords assez tendres et de couplets pondérés. Dans cette paix s’affirme le caractère classique, indiscutable, d’un style qu’il aurait l’âge de revendiquer, comme Honeyboy pourrait revendiquer tous les plans de Robert Johnson.
Durant cette décennie, Homesick et ses malchanceux compères, Henry Townsend, Snooky Pryor et Honeyboy Edwards, prennent une valeur documentaire soudaine pour avoir survécu à l’histoire. Ils terminent leur carrière tout aussi paisiblement, dans la routine du Delta Blues Cartel, jusqu’en 2006. Cette année-là, en octobre et novembre, trois d’entre eux se mettent à l’horizontale. Honeyboy restera debout jusqu’en 2011.

Christian Casoni