Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

05/17
Chroniques CD du mois Interview: ERIC LAVALETTE Livres & Publications
Dossier: BLUES & FLAMENCO (suite) Portrait: LITTLE WALTER Interview: SUZY STARLITE & SIMON CAMPBELL
 


Portrait
FREDDY KING
3 septembre 1934 (Texas) – 28 décembre 1976 (Texas)


BLUES ARTHUR CRUDUP
blues arthur crudup
blues arthur crudup






Avec son jeu de guitare puissant, dynamique et plein de fougue, et son chant passionné, il a révolutionné le blues des sixties.

C’est à Gilmer au Texas, un bled à 120 miles à l’est de Dallas, que le 3 septembre 1934, un petit Fred, fils d’Ella Mae King et de J.T. Christian voit le jour. Il a des gènes africains et choctaw. Quand Freddie a six ans, sa mère et son oncle commence à lui donner ses premiers cours de guitare. L’enfant aime écouter Lightnin’ Hopkins et Louis Jordan.
blues freddy king
A l’automne 1949, la famille déménage à Chicago. Le jeune garçon trouve un emploi dans une aciérie, mais pratiquement dès son arrivée dans la Windy city, il fréquente les clubs du South side, où il entend Muddy Waters, Howlin’ Wolf, T-Bone Walker, Elmore James et Sonny Boy Williamson. Il forme son premier groupe avec le guitariste Jimmie Lee Robinson et le batteur Frank ‘Sonny’ Scott, Every Hour Blues Boys, qui se produisent au Cadillac Baby’s Lounge. En 1952, à 18 ans, alors qu'il travaille toujours à l'aciérie, il se fait occasionnellement sideman avec les orchestres  Little Sonny Cooper Band et Earl Payton's Blues Cats. La même année, il épouse une compatriote du Texas, Jessie Burnett. Ils auront sept enfants.
À la fin des années 50, Freddie King joue avec Muddy Waters et d'autres piliers de Chicago, notamment les guitaristes Jimmy Rogers, Robert Lockwood, Jr., Eddie Taylor, Hound Dog Taylor, ainsi qu’avec Willie Dixon, Memphis Slim et Little Walter.
En 1954, il intègre la formation d’Earl Payton qui se produit au Club Zanzibar et au Ricky’s Shaw Lounge. Peu après il part en tournée avec Memphis Slim. En 1956, il grave son premier disque en tant que leader accompagné par la guitare de Robert Lockwood Jr, pour El-Bee Records. La face A est un duo avec Margaret Whitfield, ‘Country Boy’, la face B un blues rapide ‘That’s What You Think’. King passe plusieurs auditions chez Chess, maison de disques de Muddy Waters, Howlin’ Wolf et Little Walter, mais il n’est jamais retenu au motif qu’il chante trop à la manière de B.B. King. Cette remarque l’amène à  créer son propre style vocal.
Une nouvelle mouvance blues, animée par des clubs et des maisons de disques novatrices, émerge dans le West Side. Willie Dixon, alors en rupture avec Chess à la fin des années 1950, demande à Freddie King de venir chez Cobra pour une session, mais il n’y a pas de suite. Pendant ce temps, Freddie King s'impose comme la nouvelle figure musicale la plus importante du West side. Il joue avec Magic Sam et il est le guitariste de studio sur quelques enregistrements fait par Mel London pour les labels Chief et Age, mais il n’est pas crédité sur les pochettes de disque.  
En 1958 il abandonne définitivement son boulot à l’aciérie et obtient des engagements pour se produire au Squeeze Club et au Mel’s Hideaway, clubs populaires dans le West side de Chicago.
En 1959 Freddie King fait la connaissance de Sonny Thompson, pianiste, producteur et agent  pour King records, le label basé à Cincinnati. Le propriétaire du label King, Syd Nathan, cède Freddie King à la filiale Federal records en 1960. Avec Thompson au piano, Bill Willis à la basse et Philip Paul à la batterie, Freddie King enregistre son premier single pour le label le 26 août 1960: ‘Have You Ever Loved a Woman’/’You've Got to Love Her With A Feeling’. Lors de la même session d'enregistrement à Cincinnati, il grave ‘Hide Away’, un intrumental qui l'année suivante atteint la 5ème place des charts R’n’B et se place en 29ème position dans les classements pop, une situation sans précédent pour un blues instrumental à une époque où le genre est encore largement méconnu du public blanc. D’autant plus étonnant que ‘Hide Away’ est publié en face B de ‘I Love The Woman’. Son succès se confirme en 1961 avec ‘I’m Tore Down’ et ‘Lonesome Whistle Blues’. Il entreprend alors des tournées en Louisiane et au Texas en 1962 et partage la scène avec Jimmy Reed et Gladys Knight.
Après le succès de ‘Hide Away’, même s’ils continuent d’enregistrer des chansons, King et Thompson enregistrent trente versions instrumentales dont ‘The Stumble’, ‘Just Pickin’, ‘Sen-Sa-Shun’, ‘Side Tracked’, ‘San-Ho-Zay’, ‘High Rise’ et ‘The Sad Nite Owl’. Durant cette période chez Federal, King tourne  avec de nombreux artistes de rhythm’n’blues de l'époque, comme Sam Cooke, Jackie Wilson et James Brown. En 1963 il se fixe à Dallas où il trouve des engagements réguliers.
blues freddy king
Showman hors pair avec un chant intense, Freddie King envoie des notes en rafales. Il utilise des onglets à la main droite (plastique pour le pouce et métal pour l'index) et porte sa bandoulière sur l'épaule droite. Son style intuitif, en accords ouverts, associe les tonalités du  blues texan et les sonorités brutales du West side de Chicago. Sa musique dégage une atmosphère plus contemporaine qui attire la jeune génération de musiciens.
Le contrat de King avec Federal expire en 1966, il effectue alors des tournées avec Little Johnny Taylor et participe à quelques émissions de télévision. Sa première tournée à l'étranger se fait en 1967. En octobre il est notamment Grande-Bretagne où il travaille avec le groupe Chicken Shack. Le producteur et saxophoniste King Curtis, qui a enregistré une reprise de ‘Hide Away’ avec Cornell Dupree à la guitare en 1962 signe Freddie King pour Atlantic en 1968, deux albums suivront sur le label Cotillion filliale d’Atlantic: Freddie King Is A Blues Master (1969) et My Feeling For The Blues (1970). En 1969 King retourne jouer en Grande-Bretagne et collabore à nouveau avec les groupes britanniques Killing Floor et Steamhammer. De retour aux USA, il participe début août à la première édition du festival d’Ann Arbor aux côtés de BB King, Muddy Waters, Howlin’ Wolf, Otis Rush, Magic Sam, T-Bone Walker, Lightnin’ Hopkins…  Fin août il fait une apparition au Texas Pop Festival aux côtés de Led Zeppelin, Canned Heat, Santana, Grand Funk Railroad, Janis Joplin, BB King, Ten Years After, Johnny Winter… et sa prestation l’amène à signer un contrat d'enregistrement avec Shelter records, un nouveau label monté par le pianiste Leon Russell et le producteur Denny Cordell. La compagnie traite King comme un artiste important, et l’emmène à Chicago dans les anciens studios Chess pour enregistrer l'album Getting Ready avec une sélection de musiciens triés sur le volet. Victime d’un accident de voiture il doit interrompre ses activités durant plusieurs mois. Trois albums voient cependant le jour pendant cette période. King joue aux côtés de musiciens comme Eric Clapton et Grand Funk Railroad ce qui lui ouvre largement l’audience d’un jeune public principalement blanc.
En décembre 1971 Freddie King remet le pied sur le vieux continent. En 1972 il participe à nouveau au festival d’Ann Arbor. Toujours actif, en 1973 il est à Montreux en juillet et à Ann Arbor en août. On le voit par la suite au Mother Blue à Dallas, puis au Pepper Hideout à Chicago et à l’Electric Ballroom àblues freddy king Atlanta. En juillet 1974 il est sur la scène du festival d’Antibes Juan les Pins, en décembre il participe au Nancy Jazz Pulsations. Il signe avec RSO records et enregistre l’album Burglar. Rien ne semble entraver sa course puisqu’il se rend en Australie et en Nouvelle Zélande en mars 1975 et Mike Vernon produit un deuxième album pour RSO, Larger Than Life.
Sur la route presque 300 jours par an, les tournées ont raison de sa santé. Il commence à souffrir de l’estomac mais ne ralentit pas son train d’enfer. Fin 1976 il est admis à l’hôpital de Dallas pour un ulcère doublé d’une pancréatite aiguë, le 28 décembre il est victime d’un arrêt cardiaque à l'âge de 42 ans.
Pour  ceux qui le connaissaient, sa mort prématurée est certes due au stress, mais surtout à un mode de vie festif et à une mauvaise alimentation. Il avait l'habitude de consommer des Bloody Mary plutôt que des aliments solides car il n’avait, disait-il, pas de temps à perdre lors de la mise en place de ses spectacles.
Le magazine Rolling Stone le place au 15ème rang des meilleurs guitaristes de tous les temps.
Gilles Blampain