Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

11/17
Chroniques CD du mois Interview: THE NIGHT CATS Livres & Publications
Portrait: IKE TURNER Dossier: VOCALION  
 


Portrait
BILLY BOB THORNTON
Acteur, réalisateur, scénariste... mais aussi chanteur





Zone de Texte:  Voilà un nom qu’on est plus habitué à voir sur les affiches des cinémas que dans les bacs des disquaires. Billy Bob Thornton : 40 films à son actif depuis 1987, contre quatre CD depuis 2001.
Il obtient son premier rôle important en 1992 dans la série Hearts Afire. Au cinéma il débute dans For The Boys de Mark Rydell, puis il donne la réplique à Robert Redford et Demi Moore dans Proposition Indécente, en 1993. La même année, il a un rôle dans Les Princes De La Ville et écrit le scénario d’un polar, Un Faux Mouvement. On le voit ensuite dans le western Tombstone,puis dans Terrain Miné (1994). On le retrouve plus tard aux côtés de Johnny Depp dans Dead Man (1996). En 1997, il écrit, réalise et joue dans Sling Blade. Il est également au générique de U-Turn : Ici Commence l’Enfer, Primary Colors, Le Prédicateur, Armageddon. En 1999, avec sa prestation dans Un Plan Simple, il décroche l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, et une nomination aux Golden Globes. En 2000, on le retrouve dans Les Aiguilleurs où il tient l’un des rôles principaux. En 2001, la présence qu’il impose dans The Barber : L’Homme Qui N’Etait Pas Là des frères Coen lui vaut une nomination aux Golden Globes et une reconnaissance mondiale. En 2007, il est à l’affiche de Monsieur Woodstock et, en 2008, il fait partie du casting de L’œil Du Mal.

Pourtant, c’est comme chanteur et batteur que Billy Bob Thornton a fait ses premières armes. Né à Hot Springs, Arkansas, en 1955, il est séduit durant son adolescence par les groupes britanniques, Who, Kinks, Rolling Stones et, bien que batteur, par des guitaristes comme Jeff Beck ou Eric Clapton. Dans les années 70, au lycée, il fait partie du band Stone Cold Fever qui reprend des titres de Creedence Clearwater Revival. Mais il débute sa vraie carrière musicale quelques années plus tard au sein des Tres Hombres.

En 2001 il enregistre sous son nom l’album Private Radio. 2003 : The Edge Of The World. Et 2005 : Hobo. Enfin, 2007 : The Beautiful Door. La même année, il fonde le band rockabilly The Boxmasters. En dehors de ses enregistrements personnels, il chante en guest sur les disques Earl Scruggs And Friends d’Earl Scruggs, le maître du banjo, Distance Between des Bastards Sons Of Johnny Cash, et sur le disque de Warren Zevon : The Wind.

                    


Zone de Texte:  Comment définir la prestation du bonhomme ? Sur ses tout premiers enregistrements il tire son inspiration du blues, du rock et de la country. Prenons pour référence son CD Hobo,paru en 2005 sur le label Big Deal/Hyena. Pour la voix, il faut imaginer un croisement de Lou Reed et de Leonard Cohen, plus murmuré que chanté. Pour la musique, penser à JJ Cale produit par Daniel Lanois : échos, réverbération, envolées de guitares. On peut ainsi se faire une idée du résultat. Billy Bob Thornton s’enregistre à LA, dans son propre studio. Il chante, Randy Mitchell joue des guitares et des claviers, Matt Laug tient la batterie et les percussions. L’atmosphère est cool, la voix est grave, la musique accroche l’oreille et vous grise. Comme dix petits films décrivant la dérive d’un hobo, dix morceaux. Neuf sont signés BB Thornton. Ils racontent la Californie comme la dernière frontière où se brisent les rêves, où les illusions s’assombrissent mais où l’espoir brille toujours. Revers de la médaille d’une Amérique dont le rêve ne s’éteint pas, Thornton raconte les histoires d’êtres à la dérive, piégés par leur destinée. Des textes forts, soulignés par un folk-rock électrique et planant qui entraîne l’auditeur sur les pistes poussiéreuses du désert de Mojave ou dans les banlieues bétonnées de LA. Acteur en marge du star-system, Billy Bob Thornton ne choisit pas la facilité d’une chanson passe-partout et grand public. Son charisme de musicien et d’interprète est égal à celui que l’acteur laisse apparaître à travers les personnages qu’il incarne à l’écran.

Gilles Blampain