Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

été 20
Chroniques CD du mois Interview: JUNKYARD CREW Livres & Publications
Portrait: BLIND LEMON JEFFERSON Interview: MAINE IN HAVANA Portrait: ROBERT FRIPP
 


Interview
THE YELLBOWS


KING KONG BLUES
king kong blues
king kong blues
BLUES THE YELLBOWS





Blues, funk, second line, hip-hop plus une touche de rock’n’roll. Le combo envoie avec une énergie brute une musique haute en couleurs.
   

Blues Again : Comment le groupe est-il né et depuis quand existe-t-il ? 
Stephan : Ça faisait quelques temps que l’idée de monter un groupe dans cette veine me turlupinait ! J’avais quelques compos orientéesBlues the yellbows blues, boogie, rock... alors j’ai appelé de vrais spécialistes de la musique New Orleans qui en plus, sont des amis depuis plus de vingt ans, Alexis, Thibaud et Matthieu. C’était en février 2017.
 
Quel est votre port d’attache ?
Nous sommes tous les quatre avignonnais d’origine.

Qui fait quoi ?
Alexis Borrely : soubassophone, Matthieu Maigre : trombone et chœurs, Stephan Notari : washboard, batterie, shuitar et chant, Thibaud Roussel : banjo, guitares et chœurs.

Comment s’est fait la rencontre entre vous ?
Avignon est une petite ville, quand t’as vingt ans et que tu veux jouer et écouter de la musique, tu fréquentes vite les mêmes lieux, les mêmes jams... Simple, basique.

Pourquoi le choix de ce nom ?
Matthieu : Un aïeul Marseillais qui distillait son propre pastis dans les années 20 a décidé de tenter sa chance aux Etats-Unis et notamment à la Nouvelle Orléans où la prohibition battait son plein. L’occasion de se faire une fortune sous le manteau dans tous les lieux clandestins où les gens de toutes conditions venaient s’encanailler au son du jazz naissant. Le succès fut immédiat et les habitués des cabarets et autres lupanars ne tardèrent pas à lui donner un surnom : « The Yell’(ow) Booze ». C’est donc en hommage à son aventure dans les bayous de la Louisiane que nous avons décidé d’appeler le groupe : The Yellbows. CQFD !

Quelles ont été vos influences ?
Alexis : Pour ma part, j’ai fait des études au conservatoire pendant quinze ans, au départ c’est du classique et de la musique écrite avec la rigueur qui va avec, comme on l’imagine, mais très vite j’ai eu la chance de m’ouvrir au jazz, aux musiques du monde, au funk, au rock aussi…
Matthieu : La musique cubaine et plus généralement la musique des caraïbes, le jazz New Orleans, la pop, les Beatles évidemment, le funk, FFF, Bootsy Collins, P Funk, etc…
Stephan : Je suis passé par tout un tas de styles différents suivant les époques de ma vie, rockabilly, sixties, punk, électro, blues... et j’aime énormément de choses dans tout ça et même ailleurs, mais si je dois retenir un groupe c’est sans hésiter une seconde The Beatles !
Thibaud : Moi je viens du blues, du rhythm’n’blues, du rock, de la soul et du funk, mais aussi du jazz New Orleans, mais en tout cas, quel style que ce soit, il faut que ça groove.

Parmi 3 ou 4 musiciens ou chanteurs de référence, quels sont ceux qui font l’unanimité dans le groupe ?
Rage Against The Machine, The Beatles, Louis Prima, Dr John, The Meters, The Wood Brothers…

Qui imprime la couleur musicale du groupe ?
Stephan : Tous ! Pour l’album Early In The Morning j’avais déjà la plupart des compos dans mes tiroirs mais les arrangements ont été réalisés ensemble.

Comment définiriez-vous votre style ?
Stéphan : Nous touchons aussi bien au blues qu’au funk, en passant aussi par le dixie, la biguine, la second line ou même le hip-hop et tout ça avec une touche de rock’n’roll. 
Je dirais que c’est de la musique de la Nouvelle Orléans...
Alexis : Cette musique de la Nouvelle Orléans vient véritablement de la rue avec son énergie brute, son métissage, ses couleurs… On veut que tout ça se ressente quand on écoute notre musique. 

Où et quand avez-vous fait votre premier concert ?
Stephan : La Grange de Vers, un endroit tenu par Amy Lillard et Mathis Haug. Mathis avec qui j’ai partagé la scène pendant 8 années avait eu la gentillesse de nous faire confiance le 25 mai 2017, c’était notre première fois.

Maintenant, combien par an ?
Une soixantaine passée par an.
 blues the yellbows
Vous tournez abondamment en France, envisagez-vous des prestations à l’étranger ? 
Oui nous avons quelques contacts en Suisse, Belgique, Hollande avec qui nous allons probablement travailler dans un proche avenir et pourquoi pas les États-Unis.

En quoi la scène est-elle indispensable ?
C’est une drogue dure. Quand t’es monté sur scène une fois il est difficile de ne pas réitérer l’expérience. Ce que nous renvoie le public à chaque concert est tout simplement magique ! Une excitation, une sorte d’adrénaline dont tu ne peux plus te passer.

Un bon souvenir de scène… Un mauvais souvenir de scène…
Il y a plein de bons souvenirs sur scène ! Sur la dernière tournée j’ai trois concerts en tête, le Luberon Music Festival à Apt, le festival Musique en Omois à Château-Thierry et Les Bulles Sonores à Limoux.
Peu de mauvais par contre, peut être quand on a dû jouer cet été, pendant la canicule, à 17heures sur une scène en béton en plein soleil où le gaffer qui scotchait les set-lists au sol fondaient... mais même ça après coup, ça nous fait rire.

On peut écouter votre album Early In The Morning sur Deezer ou Spotify mais peut-on se le procurer physiquement ?
Nous ne sommes pas distribués physiquement avec cet album, mais si vous nous écrivez un petit mot sympa sur notre site www.theyellbows.com , nous vous enverrons un album dans les plus brefs délais.

Il y a beaucoup de vidéos du band en ligne, avez-vous un réalisateur attitré ?
Nous réalisons nous même nos vidéos clip avec l’aide précieuse de notre acolyte Monsieur guyrOOts qui filme, monte, enregistre et mixe toutes nos productions.

Quels sont les projets du groupe pour les mois à venir ?
Nous sommes actuellement en train de travailler de nouvelles compositions afin de les enregistrer sur un album qui devrait voir le jour en octobre 2020.

Pour parler d’autre chose. Quels sont vos hobbies en dehors de la musique ?
Alexis : Le basket-ball pour ma part… et c’est vrai qu’on accentueblues bthe yellbows toujours l’aspect convivial des choses. 
Matthieu : Le cinéma et l’apéro avec les potes.
Stephan : Profiter de la nature, seul avec ma chienne, les plaisirs de la table, parler du vin et le boire avec mes amis.
Thibaud : Cuisiner, ne pas prendre la vie trop au sérieux.

Un lieu de prédilection où vous aimez vous retrouver ?
Alexis : La gare TGV d’Avignon. Ça veut dire qu’on part pour de nouvelles aventures…
Matthieu : Voir le coucher de soleil sur les rochers de Malmousque en face des îles du Frioul à Marseille, extatique !
Stéphan : The Purple Turtle in Reading, le Pub Z à Avignon, une plage des Landes… 

Derniers coups de cœur musicaux ?
Alexis : On a récemment partagé la scène avec Ida Nielsen, l’ancienne bassiste de Prince… ça a été quelque chose de dingue ce concert. 
Stephan: The Wood Brothers l’album The Muse.
Matthieu: The Punch Brothers Live At The Paramount Theatre et les albums The Phosphorescent Blues et All Ashore.
Thibaud : The Avet Brothers.

Pour le groupe, quel serait le rêve le plus fou ?
Jouer à la Nouvelle Orleans.

Un dernier mot…
Nous sommes presque tous mariés !

Gilles Blampain – novembre 2019

https://www.theyellbows.com

Blues the yellbows