blues again en-tete
09/21
Chroniques CD du mois Interview: THE WHITE RATTLESNAKE Livres & Publications
Portrait: LIL GREEN Interview: SWEET SCARLETT Dossier: BLAXPLOITATION
 


Interview
THE WHITE RATTLESNAKE


KING KONG BLUES
king kong blues
king kong blues
BLUES LUCKY WILL





Un duo survolté qui mixe blues et metal dans son shaker personnel pour créer un cocktail sonore percutant et abrasif.
    

Blues Again : Commençons par le tout début…
Frédéric et Clément : The White Rattlesnake c'est une histoire d'amitié au commencement (entre Frédéric Pepin à lablues the withe rattlesnake batterie et Clément Maymard à la guitare et au chant). On s’est rencontré il y a presque 15 ans dans un de nos groupes de jeunesse sur Chambéry. On a d'abord joué de la musique ensemble avant de discuter. Et puis on est devenus potes et la vie a fait le reste naturellement.

Comment votre duo est-il né ? Depuis quand existe-t-il ?
Le duo est né il y a 7 ans maintenant à l'époque où nous étions en colocation ensemble. Au début, on avait juste envie d'aller faire un peu de musique ensemble et, très vite, c'est devenu un peu plus « sérieux ». Les sessions musique se sont transformé en vrai répétition, puis viennent les premiers concerts pour s'amuser, et puis on sort un album, puis deux... et nous voilà aujourd'hui avec notre nouvel et 3ème album Snake Oil qui est sortie le 17 mai 2021.

Pourquoi le choix de ce nom ?
La légende raconte qu'on cherchait juste un nom de groupe imprononçable. Et c'est en partie vrai ! Du moins, ça nous a beaucoup amusé de se dire que c'était le cas quand ce nom est apparu dans la discussion. C'est aussi et surtout un clin d'œil au tout premier morceau que l'on a mis en place.

Quel a été votre parcours ?
On a tous les deux commencé la musique très jeune mais chacun dans un registre bien différent. L'un plutôt fan de blues et l'autre plutôt fou de métal. D'ailleurs, c'est assez difficile pour nous de citer des influences communes même s’il en existe tout de même quelques-unes. On a quand même quelques rares groupes sur lesquels on se retrouve comme Rage Against The Machine ou System Of A Down.

Quels musiciens entrent dans votre panthéon personnel ?
Ça dépend des jours, de l'humeur et surtout de qui répond à cette question. Mais on pourrait citer Mike Portnoy pour Fred et des guitaristes tel que Derek Trucks, Bob Brozman ou encore Kelly Joe Phelps pour Clément.

Qui imprime la couleur musicale du groupe et comment définiriez-vous votre style ?
On ne s’est jamais vraiment posé la question à vrai dire. On ne s'interdit rien, on joue et on voit ce qu'il se passe. Même si c'est Clément qui amène les compositions, quand, Fred y rajoute sa frappe, il se passe toujours quelque chose d'autre, d'imprévu. Pour nous, c'est notre amitié et notre envie de jouer ensemble qui est le ciment du groupe et non pas une couleur musicale bien défini. Mais apparemment, le blues-rock ça nous correspond pas mal à tous les deux.

Où et quand avez-vous fait votre premier concert ?
La toute première fois qu'on a joué ensemble en concert, c'était lors de la dernière date d'un projet solo de Clément. On a tué ce projet solo pour créer le duo officiellement à ce moment-là on pourrait dire. C'était au B.A.b’art à Chambéry. Un bar qui n'existe plus aujourd'hui mais dans lequel on a passé de sacrés bons moments ensemble à l'époque. 

Maintenant, combien de concerts par an ?
C'est variable (d'autant plus cette année mais pour d'autres raisons). On a aussi tous d'autres projets pour lesquels on veut aussi se garder du temps de libre. La seule réponse que l'on peut vraiment donner à cette question c'est que, même quand on ne joue pas avec White Rattlesnake, on ne chôme pas à côté. Toutes les infos sont disponibles sur nos réseaux sociaux.

En quoi la scène est-elle indispensable ?
Enregistrer un CD c'est un travail tout aussi passionnant mais il n'y a clairement qu'en live, sur une scène et face à des gens que l'échange est réellement possible. Surtout qu'on aime beaucoup l'imprévu et qu'on déteste l'idée de proposer exactement le même show tous les soirs. Avec un public en face, on s'adapte, on échange et puis en plus, on peut aller boire un coup avec eux à la fin du concert.
BLUES THE WHITE RATTLESNAKE
Un bon souvenir de scène… Un mauvais souvenir de scène…
Avec le temps, les mauvais souvenirs en deviennent souvent des bons au final ! Et il y en a tellement... Mais les plus beaux souvenirs pour nous sont toujours les rencontres humaines. Jouer sur une grande scène, devant plein de monde et/ou avec des artistes réputés c'est génial. Mais c'est parfois assez impersonnel... Alors que passer un vrai moment d'échange avec les personnes, techniciens, bénévoles, public, organisateur, c'est là que les souvenirs se font vraiment.

Parlez-nous de votre 3ème album, Snake Oil
Pour chaque album mais encore plus pour celui-là, on essaye vraiment de voir ça comme un exercice complètement différent du live. On rajoute des arrangements qu'on ne pourrait pas reproduire en concert pour proposer une autre expérience. Et pour Snake Oil, on a en plus décidé de revenir à nos bases en revenant totalement à l'autoproduction. On avait envie de prendre le temps de faire les choses et de pouvoir les faire avec sincérité.
De plus, on a la chance de travailler avec Cédric Lergès du Studio Laforge, au son depuis quasiment le début de l'aventure. C'est le 3ème membre du groupe et on se fait tellement confiance qu'on est finalement trois à travailler main dans la main sur l'identité sonore du groupe en live et en studio pour cet album. Et c'est une aide précieuse d'avoir quelqu'un d'extérieur à la cabine qui peut te dire honnêtement si ce que t'es en train de faire est bien ou non immédiatement.
Et puis, un album, c'est aussi l'occasion d'inviter quelques copains à jouer avec nous. Sur Snake Oil, on retrouve entre autre Nohémie Latis du duo Nela au chant, JC Exertier à la guitare, Mathieu Bole au clavier et Mathieu Guillou (Mister Mat/Mountain Men) au chant. On a même créé le morceau ‘Piece Of Life’ tous ensemble au fur et à mesure de l'enregistrement.

Quelles sont vos sources d’inspiration pour écrire et composer ?
Rien de très original mais on parle simplement de ce que l'on vit : les soirées, les amis, les amours et les emmerdes. A vrai dire, on n'aime pas vraiment se prendre aux sérieux, on laisse ça à d'autres qui le font très bien. Du coup, nos inspirations ne sont pas vraiment toujours très sérieuses non plus.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ?
Diffuser le plus possible ce nouvel album et c'est bien parti puisque les concerts recommencent à tomber. On peut d'ailleurs se donner rendez-vous le 4 septembre au Brin de Zinc à Barberaz pour notre release party avec Louis Mezzasoma en première partie. 

Pour parler d’autre chose, quels sont vos hobbies en dehors de la musique ?
On adore jouer ! On a toujours des boules de pétanques ou un palet breton dans le camion pour patienter entre les balances et le concert. Et si on avait la place, j'suis sûr qu'on serait capable de charger un baby-foot dans le camion.

Derniers coups de cœur musicaux ?
Plus que des coups de cœur musicaux, on peut partager avec vous quelques-unes de nos plus belles rencontres humaines et musicales. On peut par exemple vous recommander des groupes comme les Blue Butter Pot, Hoboken Division, Mountain Men et Bottlenext.Blues the white rattlesnake

Pour votre duo quel serait le rêve le plus fou ?
Un 4ème album pour nos 10 ans en 2024 ! P'têtre qu'on va faire un best of... maintenant qu'on est un vieux groupe, on peut se le permettre, non ?

Et pour finir, où peut-on écouter et se procurer ce nouvel album Snake Oil ?
L'album est disponible sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement légales (Deezer, Spotify, Youtube, etc. Exceptées iTunes et AppleMusic). Il est d’ailleurs en prix libre sur notre Bandcamp comme tous nos précédents enregistrements.
Et si vous voulez vous procurer le vinyle, étant donné que c'est un pressage en quantité limitée, on a décidé de ne pas passer par un distributeur. Il faudra faire ça à l'ancienne : entrer en contact directement avec nous ou venir nous voir en concert !

Gilles Blampain – juin 2021

www.facebook.com/TheWhiteRattlesnake

Blues the white rattlesnake