blues again en-tete
11/22
Chroniques CD du mois Interview: BLUES EATERS Livres & Publications
Portrait: MISSISSIPPI SHEIKS Interview: THE JUKE JOINTS BAND Dossier: DIRE STRAITS
 


Interview
THE HILLOCKERS


KING KONG BLUES
blues blind lemon pledge
blues natalia m king






Le band entraîne avec un bel enthousiasme son auditoire dans un tourbillon de blues, bluegrass, rockabilly, très enlevé.
    

Blues Again : Comment le groupe est-il né ? Depuis quand existe-t-il ?
Alex, Guillaume et Kik : Le groupe est né en 2017. Nico (contrebasse) et Alex (batterie) ne glandaient pas grand-chose à cette époque the hillockersniveau musique...Ils se sont dit : On monterait pas un tribute à Johnny Cash ? Ils ont trouvé un chanteur et hop... en avant la musique. Finalement Johnny Cash n'a pas été retenu et le groupe est parti sur un esprit rock 50's, blues, rockabilly.

Quel est votre port d’attache ?
Le groupe naît et se développe dans le Bugey (dans l'Ain), mais il y a désormais 2 Lyonnais et 1 Drômois dans l'équipe.

Si le band avait une devise, quelle serait-elle ?
On mange où ?

Pourquoi le choix de ce nom ?
On vient tous de pays de collines. Celles du Bugey, de Fourvière ou de la Drôme septentrionale. Des collines, des rockers, le nom Hillockers était tout trouvé.

Présenter les membres du groupe et leurs instruments. Leur parcours succinctement.
Guillaume Faure : Banjoïste, autodidacte en guitare banjo depuis 20 ans, a appris en jouant dans la rue notamment auprès du groupe Gadjo Loco.
Kik Mastan : Chanteur, 20 ans de musique, une quinzaine d'albums et un millier de concerts, plutôt dans la mouvance rock indé et métal, mais aussi de la chanson française.
Alex Vincent : Batteur, troubadour expérimenté ayant écumé les salles de France et d'Europe depuis 15 ans avec Mac Abbé ou encore Poutrelles Fever.
Nico Cusimano : Contrebassiste, autodidacte, amoureux de rockabilly, mais pas que. Traîne sa crête et sa contrebasse de partout.
Nico Mondon : Guitariste, caméléon de la musique, jouant de beaucoup de styles différents, du rock, de l'afro, du jazz, de la funk avec toujours de la virtuosité et de l'à propos.

Comment s’est fait la rencontre entre vous ?
Étant tous dans le milieu musical du grand pays Lyonnais, on se connaissait tous plus ou moins. Alex a fait le lien avec tout le monde, et après quelques arrêts d'anciens zicos, le groupe a pris sa forme actuelle.

Quelles ont été vos influences ?
Le bluegrass, le rock 50's à la Hank Williams mais même des groupes de métal.

3 ou 4 musiciens ou chanteurs de référence qui font l’unanimité dans le groupe ?
Hank Williams, Johnny Cash, Dead South.

Qui imprime la couleur musicale du groupe ?
Le banjo 5 cordes et le grain de voix de Kik... et bien évidemment son charisme singulier !

Comment définiriez-vous votre style ?
Rock, rockab, musique américaine revisitée.

Où et quand avez-vous fait votre premier concert ?
En septembre 2017 au très regretté bar l'Arlequin à Ambérieu en Bugey. A la maison, pour tester si la mayonnaise prenait. Et elle a bien pris ce jour-là !

THE HILLOCKERS

Maintenant, combien de concerts par an ?
Depuis 2 ans c'est très compliqué de jouer... nous étions sur une vingtaine de dates annuelles avec la volonté de développer tout ça, et puis vlan, on nous a coupé les pattes. Là on repart tout doucement, en attendant les prochaines interdictions gouvernementales.

En quoi la scène est-elle indispensable ?
C'est l'essence même de ce groupe. La musique est faite pour le live, pour l'émotion, l'imprévu, l'instant. Le studio est toujours quelque feu fastidieux du fait de nos faibles moyens financiers. On ne va pas passer 3 jours à trouver le timbre ou le réglage qui fera sonner le pont d'un morceau différemment. La scène, il n'y a que ça de vrai.

Un bon souvenir de scène… Un mauvais souvenir de scène…
Bon : quand des femmes montraient leurs seins durant notre concert en première partie de Mad Sin.
Mauvais : quand des femmes montraient leurs seins durant notre concert en première partie de Mad Sin et que notre jeune guitariste de l'époque (salut Tony) a été quelque peu décontenancé...
Sinon il y a eu beaucoup de vrais bons moments mais aussi des accueils vraiment merdiques, ça arrive ce genre de choses, mais ça reste toujours en travers de la gorge.

Vous avez sorti un EP début 2020, envisagez-vous de produire un album ?
Nous sommes en train de réfléchir à composer effectivement un album, mais les restrictions sur la musique live a un peu cassé notre dynamique d'avant 2020. Des compos sont en construction.

Quelles sont vos sources d’inspiration pour écrire et composer ?
La musique vient d'elle-même. Une fois-là, Kik travaille ses textes et ses chants de son côté puis on arrange le tout ensemble, au local de répète.
the hillockers

Quels sont les projets du groupe pour les mois à venir ?
Relancer la machine, tourner à nouveau et écrire cet album !

Pour parler d’autre chose. Quels sont vos hobbies en dehors de la musique ?
La bonne bouffe, les amis et le bon vin. La vie de musicien quoi.

Un lieu de prédilection où vous aimez vous retrouver ?
Autour du terrain de pétanque de Kik buvant un Bourgogne blanc de qualité. Là on y est bien pour la vie.

Pour le groupe, quel serait le rêve le plus fou ?
Le rêve le plus fou serait une grande tournée transcontinentale dans de bonnes conditions techniques et dans des salles chaudes. Ça, ce serait le pied !

La question que je n’ai pas posée.
Quand est-ce que l'on va arrêter de nous considérer comme non-essentiel ?
La musique touche tout le monde, tout au long de la vie. T'en connais beaucoup toi des gens que la musique laisse totalement indifférents ? On chante des berceuses aux enfants, on fait nos premiers flirts en dansant, on choisit bien son disque pour sa première fois, pour son mariage et on passe encore de la musique aux enterrements. Et là on vient nous dire que nous ne sommes pas essentiels. Y'a vraiment des paires de gifles qui se perdent si tu veux notre avis.

Gilles Blampain – juillet 2022

https://fr-fr.facebook.com/hillockers/

the hillockers