Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

04/17
Chroniques CD du mois Interview: BERNARD SELLAM Livres & Publications
Dossier: BLUES & FLAMENCO (suite) Portrait: CHUCK BERRY Interview: DARIOS MARS & THE GUILLOTINES
 


Interview
TABOO


blues deraime
blues electrique bazar
blues electric bazar







Blues, funk, rock, pop, avec une touche métisse, c’est la griffe Taboo. Le band a une énergie débordante et un son qui accroche l’oreille, un style qui peut avoir la douceur des alizés ou la puissance des ouragans qui soufflent sur son île. Levons le voile…

Blues Again : Comment le groupe est-il né ?
Thierry About : Le groupe est né de de ma rencontre il y quelques années avec Pierre Bigot. On était au lycée ensemble. Taboo existe depuis 2004. Au départ c’était Pierre et moi qui donnions l’orientation musicale, maintenant c’est une démarche collective au sein du band. Notre style va du funk au blues en passant par le rock avec une touche métisse et créole. Nous nous sommes tous plus ou moins rencontrés dans d’autres groupes avant de fonder Taboo. Le nom, c’est tout simplement un clin d’œil à mon patronyme, T. About.

Qui sont les membres du groupe ?
Thierry About : guitare et chant, depuis 1982 j’ai joué dans diverses formations.
Pierre Bigot : guitare et chœur, il vient du folk et depuis il s’est mis au rock-blues, avant il a joué dans un groupe de musique irlandaise.
Gérard Chotard : guitare et claviers, c’est l’ancien du band, il a donc une très longue carrière et a joué toutes sortes de styles du rock au jazz.
Bertrand Coulon : basse et chœur, il a étudié à la Music Academy International de Nancy et au départ il vient du hard (même s’il est originaire d’Orléans la ville de la Pucelle).
Pascal Mialanes : batterie, il a joué dans des orchestres de blues, rock et jazz. Il a une préférence pour le Chicago blues.

Quelles ont été vos influences ?
Pour ma part, les Stones, Pink Floyd, Dire Straits et tous les grands noms du blues.

3 ou 4 musiciens de référence qui font l’unanimité dans le groupe ?
Sting, Eric Clapton, Tina Turner, Jimi Hendrix.

Premier blues ou rock qui t’a marqué ?
Le premier morceau blues-rock qui m'a accroché? Je dirais plutôt un disque ou deux. Le deuxième disque que j'ai acheté chez un Chinois à l'ile Maurice ou j'habitais à l'époque... J'avais trouvé, pour moi une pépite, le Live Cream avec des titres comme ‘Rollin'n Tumblin’ de Muddy Waters ou encore ‘Lawdy Mama’ chanté par Clapton.
Un autre disque qui m'a beaucoup marqué c'est Exile On Main Street des Stones avec ‘All Down The Line’ ou ‘Stop Breaking Down’ de Robert Johnson.

Ton premier concert?
J’ai donné mon premier concert à La Réunion en 1982, mais c’était avec un autre groupe qui s’appelait After Midnight.

Taboo, association communautaire ou entreprise professionnelle ?
Un peu les deux car le but quand même est d’aller un peu plus loin. Nous répétons une fois par semaine et il y a les concerts mais ce n’est pas suffisant à notre goût. On fait une vingtaine de concerts par an, parfois plus.

Un nouveau CD Allumer La Lumière vient de paraître …
Ce CD  compte 12 compositions originales signées pour la plupart par Pierre Bigot et moi-même. L’enregistrement s’est fait chez un ami musicien qui a monté un studio très accueillant et un petit label Makatia (c’est un petit pain sucré en créole). On est distribué par J.V Prod.

Les chansons sont en français, en créole, en anglais, sur quel critère émerge une langue plutôt qu’une autre ?
Comme c’est moi qui écrit les textes, c’est selon ce que j’ai en magasin, mais souvent au départ c’est en anglais… après je cherche. 

Comment est la scène blues à La Réunion ?
Il y a une série de bars musicaux et finalement pas mal de groupes de blues-rock.

Souvenirs de scène...
En général ils sont assez bons. Côté bon souvenir, c’est au tout début du groupe en 2004 quand on a fait la première partie de Lucky Peterson lorsqu’il est passé à Saint-Gilles (Réunion). Sinon à part la transpiration du chanteur quand le public ne réagit pas on n’a pas de mauvais souvenir.
Les plus belles rencontres je pense qu’on les  a faites lors de notre tournée en 2013. On a joué près de Sens et en Normandie, le retour du public a été très chaleureux et sympathique. Les gens étaient peut-être un peu surpris de voir un groupe de cette île lointaine jouer du blues, du folk et du rock un peu métissé.

Quels sont les projets du groupe pour les mois à venir ?
Terminer de nouvelles compos et monter un projet autour de la musique des seventies.
L’idée est de faire un spectacle avec des invités autour de la musique des grands groupes ou artistes de ces années-là. Ce serait des reprises et des compos dans cette couleur musicale, avec une trame et une histoire présentée par un comédien.

En dehors du blues, du rock, de la soul, apprécies-tu d’autres genres musicaux?
La country, le gospel, le reggae... et puis le sega-maloya de la Réunion !

Quels sont tes hobbies en dehors de la musique ?
Nager et écrire.

Derniers coups de cœur musicaux ?
Charlie Winston, Bruno Mars et le film Sugar Man.

Pour le groupe, quel serait le rêve le plus fou ?
Faire la première partie des Stones dans un grand stade… et mourir.

Une dernière envie…
Peut-être d’avoir toujours envie de  trouver cette ‘dernière chance’ comme dans notre chanson, et garder la foi !

Gilles Blampain – Octobre 2014

www.facebook.com/TabooRun