Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

été 17
Chroniques CD du mois Interview: JUJU CHILD Livres & Publications
  Dossier: AMERICAN EPIC Interview: DOM FERRER
 


Interview
SHAKE YOUR HIPS !


blues deraime
blues electrique bazar
blues electric bazar







Il y a 10 ans le band déboulait dans le paysage et s’imposait rapidement parmi les meilleurs. Des petits clubs aux scènes internationales Shake Your Hips a soulevé l’enthousiasme du public. A l’occasion de ce dixième anniversaire, flashback et projection dans l’avenir avec Jean Marc Hénaux…

Blues Again : Aurais-tu l'amabilité de revenir sur la naissance du groupe ?
Jean Marc Henaux : En 2003 je jouais déjà dans un groupe qui s'appelait Crossfire avec le guitariste Olivier Raymond etblues shake your hips également Olivier Ferrié à la batterie. Mais ce groupe ne me convenait plus, du coup j'ai voulu monter mon propre groupe avec une idée bien précise de ce que je voulais comme style de groupe et de musiciens. J'ai proposé à Olivier Raymond de m'aider dans cette aventure, le fou, il a accepté ! Il ne manquait plus qu'à trouver les bons éléments pour former le reste du groupe et on les a trouvés : Freddy Miller en premier nous a apporté sa voix, puis ensuite Olivier et Jérôme Ferrié, les deux frangins à la rythmique....
Au début on était très orientés Chicago blues, puis par la suite on s'est dirigé vers le blues-rock et aujourd'hui on s'oriente plus vers le rhythm’n’blues !

Comment est venue l’idée d’intégrer récemment un sax au groupe ? Pourquoi ?
C'est un concours de circonstances, une rencontre, une opportunité. Moi, habitant depuis 2011 dans le sud de la France, loin des autres membres du groupe, je ne suis pas toujours disponible pour certaines dates. Il fallait donc trouver un remplaçant qui apporte un complément intéressant, un clavier ou un saxophone par exemple. Un jour, lors d'un concert, un ami photographe, Hervé Stanciu, nous a livré clé en main Philippe Perronnet !
Du coup on joue parfois toujours à 5 mais le plus souvent à 6. Cela donne une autre couleur au band et nous permet de proposer autre chose au public !

Présente-nous ce nouveau musicien.
Il s'appelle donc Philippe Perronnet, et lui, il joue d'un vrai instrument ! Il nous apporte de la sagesse, due à son grand âge, et surtout de la douceur avec son saxophone.

Vous avez attaché une certaine importance à l’aspect visuel (tenues de scène), est-ce venu tout de suite, comment est née cette idée ?
Dès le début dans SYH, on a accordé de l'importance à notre tenue de scène. On part du principe que les gens font l'effort de venir à nos concerts, de payer une place, on doit leur donner le meilleur et la tenue de scène en fait partie.

blues shake your hips

L’aspect graphique n’a pas été oublié, le logo SYH, les photos…
On a toujours eu la chance d'avoir de très bons photographes qui viennent régulièrement à nos concerts, du coup on a souvent de belles photos. Cela nous est très utile car c'est vendeur pour promouvoir le groupe ! Quand je pense aux heures qu'ils passent après sur Photoshop pour nous rendre beaux...  Merci encore à eux !
Oui, on essaie de faire évoluer notre logo en adéquation avec l'évolution du groupe.

Comment et où se sont passés les premiers concerts ? 
Il me semble que le premier concert avec SYH c'était en septembre 2005 pour une association, puis on a rapidement enchaîné divers clubs plus ou moins fréquentables … Ensuite, des Tremplins pour se faire connaître du milieu blues français, puis divers festivals, des grosses scènes, IBC de Memphis (International Blues Challenge), EBC de Riga (European Blues Challenge), une tournée au Canada et on revient à des clubs. Puis on recommence, c'est toujours un réel plaisir de faire de la scène (sauf les tremplins il faut laisser la place aux jeunes musiciens maintenant)

blues shake your hipsMaintenant, combien de concerts par an ?
Depuis la création du groupe on a fait plus de 200 concerts. Avec SYH je dirais qu'on tourne en moyenne à deux concerts par mois mais on essaie de faire surtout de belles dates et moins de petits clubs, c'est un choix de groupe, et puis on est six maintenant et on prend de la place sur scène, si tu vois ce que je veux dire.

Un bon souvenir de scène…
C'est qu'il y en a beaucoup, on a joué sur pas mal de scènes plus ou moins grandes, devant 10 personnes comme devant 20 000, dans des grandes villes comme Paris, Québec ou Memphis mais c'est finalement en province devant 500 personnes qu'on y a nos meilleurs souvenirs !
Et puis on a eu la chance de croiser de merveilleux musiciens français comme étrangers … Et tout ça nous donne de bons souvenirs, mais les meilleurs restent à venir !

Quel est le bilan après 10 ans ? Quelques dates marquantes pour SYH.
On n'a jamais été aussi bons qu'aujourd'hui dans notre façon de faire nos concerts. Je trouve que ces deux, trois dernières années on a franchi un palier, enfin il paraît.

Quels sont les projets pour les mois à venir ?
Après les 2 premiers albums (Caroline's Smile et Blues Twins) et l'EP enregistré au Sun Studio de Memphis, on va rentrer dès demain en studio dans le nord de la France pour le troisième album et à 6 cette fois-ci. Enfin à 7 avec en plus l'aide d'Hervé Stanciu qui nous a rejoints dans l'aventure pour gérer un peu la partie communication et démarchage etc... Du coup on devrait avoir quelques belles dates fin 2015 début 2016 pour présenter ce nouvel album.

Quel serait le rêve le plus fou pour SYH ?
Se retrouver à jammer et boire des verres dans un petit juke joint avec les grands bluesmen qu'on admire, ceux que l'on regarde avec des yeux de gosses… Tous ne sont pas encore morts, il y a de l'espoir !

Le dernier mot…
Le groupe SYH sera-t-il encore là dans 10 ans sous cette forme ? Je ne crois pas, je pense qu'il y aura encore des évolutions ... Mais le plus important c'est que depuis 10 ans le public est là, et de la scène, nous on voit les sourires, du coup on profite de ces rencontres et on continue tranquillement notre route du blues…
Je voudrais quand même citer Fabrice Ballery le premier batteur de SYH et Papy Daniel Boissinot le premier bassiste de SYH car sans eux non plus on n'en serait pas là.

Gilles Blampain – juin 2015

https://fr-fr.facebook.com/ShakeYourHips

blues shake your hips