Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

04/17
Chroniques CD du mois Interview: BERNARD SELLAM Livres & Publications
Dossier: BLUES & FLAMENCO (suite) Portrait: CHUCK BERRY Interview: DARIOS MARS & THE GUILLOTINES
 


Interview
RED BEANS & PEPPER SAUCE


blues deraime
blues electrique bazar
blues electric bazar







Ce band au caractère affirmé nous sert un gumbo funky riche de différentes saveurs. La force et le charme, puissance sonore et feeling éclatent avec une énergie et une frénésie séduisante.

Blues Again : Comment le groupe est-il né ?
Laurent Galichon : En 2009 Thierry Imperato, batteur du groupe jusqu’en 2014, m’a convaincu que les maquettesblues red beans que j’avais réalisé seul dans mon home studio valaient la peine d’être jouées en live par un groupe. On a contacté des copains pour monter une équipe et après quelques répètes et quelques concerts pour se roder nous avons enregistré le 1er album Le Gardien chez moi durant l’été 2010.

Qui imprime la couleur musicale du groupe ?
J’écris la musique et les textes mais je laisse les musiciens s’approprier les morceaux. Je donne quelques directives mais c’est leur façon de jouer qui donne la couleur de l’ensemble. Sur le nouvel album Jessyka Aké a collaboré à l’écriture des mélodies sur 3 titres et j’ai co-signé le 11ème titre avec Niko Sarran.

Pourquoi le choix de ce nom ?
Dans la cuisine du bayou qui est issue d’une culture très métissée on trouve des red beans et des piments dans presque toutes les recettes des entrées aux desserts. C’est une sorte de liant qu’on retrouve en permanence en grande ou petite quantité. C’est un peu comme le blues dans notre musique et au moment de choisir un nom j’ai trouvé le parallèle intéressant. 

Qui sont les membres du groupe ?
Depuis 2010 l’équipe a changé. On retrouve aujourd’hui Jessyka Aké au chant, Serge Auzier aux claviers, Denis Bourdié à la basse et Niko Sarran à la batterie. Ce serait un peu long de détailler leurs parcours respectifs mais tous viennent d’horizons plutôt rock ou blues.

Comment s’est fait la rencontre entre vous ?
Bien avant que le groupe n’existe j’avais eu l’occasion de jouer ou de jammer avec chacun d’entre eux sur des scènes blues du 34. Serge et Niko qui sont arrivés en cours de route ont pu suivre l’évolution du groupe sur les réseaux sociaux, ils m’ont dit oui instantanément quand je leur ai demandé de nous rejoindre.

Quelles ont été vos influences ?
Hendrix, Led Zep, Albert, Freddy et BB King, Albert Collins, Clapton, et la liste est encore longue pour les bases. Mais pour le mélange de toutes ces influences avec une couleur contemporaine on regarde plutôt du côté des Derek Trucks, Susan Tedeschi, Gov’t Mule, Gary Clark Jr, Joe Bonamassa, John Mayer Trio, Black Keys, etc.

Où et quand avez-vous fait votre premier concert ?
Le 18 avril 2010 à L’Antirouille à Montpellier (34).

Maintenant combien de concerts par an ?
Aux alentours de 30.

Quelle a été votre plus belle expérience sur scène ?
Personnellement j’ai ressenti beaucoup d’émotions en jouant au Rockstore à Montpellier car c’est une salle où j’ai vu beaucoup de concerts étant plus jeune. Récemment le public du JAM, toujours à Montpellier, nous a réservé un très bel accueil et je pense que tout le groupe a aimé ce concert particulièrement.

blues red beans

Red Beans & Pepper Sauce, association communautaire ou entreprise professionnelle ?
Le plaisir et le partage de la musique sont les objectifs, le fonctionnement en entreprise pro n’est que le moyen. Mais si on veut que l’histoire se déroule sur scène en public le plus fréquemment possible et pas dans un garage entre la tondeuse de papa et le rameur de maman alors l’un ne va pas sans l’autre. Cela dit pour le garage c’est du vécu (rires).

Répétez-vous beaucoup ou y a-t-il une telle osmose entre vous que cela n’est pas trop nécessaire ?
En fait nous avons fait une résidence de 3 jours à la salle Zinga Zanga (Béziers, 34) pour adapter le nouvel album à la scène. Ensuite les dates sont maintenant suffisamment régulières pour nous éviter d’avoir à répéter, sauf en cas de pause un peu trop longue bien sûr.

Parmi 3 ou 4 musiciens ou chanteurs de référence, quels sont ceux qui font l’unanimité dans le groupe ?
C’est difficile de parler à la place des collègues mais je pense que dans le groupe il y a Led Zeppelin qui ferait l’unanimité et peut être le Tedeschi Trucks Band pour choisir un groupe actuel.

Comment définiriez-vous le style du groupe ?
Du rock, du blues et du funk.

Parle-nous du dernier CD ‘Hot & Spicy’…
Alors le nouvel album est autoproduit par le groupe avec le soutien de nos fans, amis et familles qui nous ont aidés pour le pressage en précommandant l’album via un site participatif. Il a été réalisé de main de maître par Niko Sarran. Les prisblues red beanses ont été faites chez lui mais aussi parfois chez chacun d’entre nous puisque nous sommes tous équipés d’un home studio. Emmanuel Djob, un grand chanteur de gospel du sud, est venu conseiller Jessyka lors des prises voix chez Niko, il nous a beaucoup apporté de sa science du chant et de son expérience de la musique. Les 11 nouveaux titres alternent entre blues-rock rugueux tendance 70's et funk-rock ‘old school’. On y trouvera aussi un bon vieux SRV shuffle, un blues lent mélancolique, un 2nd line funky sauce Treme et même un voyage psychédélique à New Orleans. On a passé du temps sur le son des différents instruments. J’ai pu utiliser plusieurs amplis dont un vieux Fender Super Reverb de 68 qu’on entend très bien sur ‘Son’ avec juste une Telecaster branchée direct dedans, volume à 11 (rires). Coté guitare il y a aussi un dobro sur ‘Just Need Your Love’, une Strat ou une Les Paul sur le reste. Le morceau qui boucle le CD est une collaboration avec Niko. La photo d’un pote en fin de soirée pendant Mardi-Gras à la Nouvelle Orléans nous a inspiré ce morceau expérimental. Pour bien l’écouter il faut le prendre comme le trip d’un mec qui découvre la Nouvelle Orléans (NOLA) en plein carnaval sous acide (rires). Le plus gros est fait avec la batterie et la guitare et nous avons ajouté quelques samples, des chants des indiens de New Orleans, Neil Armstrong qui parle depuis la Lune et même la gamme de Shepard autrement appelé « gamme infinie »

Un bon souvenir de scène…
Le concert au tremplin du Cahors Blues Festival 2013 où nous avions gagné 4 des 7 prix mis en jeu dont le 1er. Le tout avec une belle ovation du public. On peut dire que c’est ce jour-là que l’histoire a vraiment commencé pour Red Beans.

Et un mauvais…
Pas vraiment de mauvais souvenirs, plutôt un mauvais qui devient un bon quand lors du Availles Blues Festival 2015 un orage dantesque vient nous couper le concert au bout de 4 minutes. Et lorsque l’orage disparait nous avons la belle surprise de voir que le public est toujours là et nous attend. Ça fait chaud au cœur quand on joue à 700 bornes de la maison.

Parle-nous un peu de vos belles rencontres depuis que le groupe se produit sur  scène?
Elles sont nombreuses et souvent en coulisses. Le milieu du blues et des festivals regorge de gens très chaleureux et animés par la passion de la musique. Que ce soit des animateurs radio, journalistes, photographes, organisateurs, bénévoles, ils sont trop nombreux pour les nommer tous ceux qui se proposent de nous aider ou qui simplement nous accueillent comme des rois. C’est d’ailleurs une chance d’avoir les réseaux sociaux pour rester en contact par la suite car on est parfois séparés par de grandes distances. Et s’est toujours une joie quand on se recroise des mois plus tard sur une autre manifestation. On rencontre aussi beaucoup d’artistes très sympas mais les impératifs de tournées font qu’on a souvent très peu de temps à passer ensemble.
blues red beans

Quels sont les projets du groupe pour les mois à venir ?
Depuis la sortie de l’album en octobre nous avons fait beaucoup de promo, presse, radio et même télé. Nous allons maintenant jouer un peu partout dans les festivals qui vont nous accueillir au printemps et cet été. Il y aura aussi quelques dates à l’étranger. Et dans le même temps nous allons écrire et enregistrer un nouvel album pour 2017. Grace à Hot & Spicy nous avons pu nouer des contacts avec des distributeurs ou labels, nous espérons maintenant que cela se concrétise afin d’être distribué au prochain coup. On va aussi essayer de trouver des bookeurs pour nous aider à jouer plus souvent à l’étranger.

Quels sont vos hobbies en dehors de la musique ?
La bière pour les musiciens et les selfies pour Jessyka (rires).

Derniers coups de cœur musicaux ?
Mon dernier vrai gros coup de cœur date un peu car il s’agit de Gary Clark Jr que j’ai découvert lors du festival Crossroad 2010. Je ne suis pas plus emballé que ça par ses albums mais j’aime beaucoup ce qu’il fait sur scène.

Pour le groupe, quel serait le rêve le plus fou ?
Personnellement ce serait d’ouvrir pour une de mes idoles et même de jammer avec. Sinon être endorsé par Guinness pour en avoir des gratuites ce serait pas mal non plus (rires).

Un dernier mot…
Est-ce que j’ai les rushes de la séance photo de la pochette d’album ? Oui !
Est-ce que je peux les partager ? Non (rires).

Gilles Blampain – décembre 2015

www.redbeansandpeppersauce.com

blues red beans