Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

11/19
Chroniques CD du mois Interview: NICO CHONA Livres & Publications
Portrait: SUGAR PIE DESANTO Interview: YELLOW DOGS Dossier: ANN ARBOR 1969
 


Interview
PIERRE SIBILLE


KING KONG BLUES
king kong blues
king kong blues






Il change légèrement de registre mais soul, blues, hip-hop sont quand même présents pour faire swinguer des vers francophones bien troussés.
   

Blues Again : Que deviens-tu Pierre ?
Pierre Sibille : Je vais bien, toujours entre concerts et productions au Studio BLUES’UP… Je reste bien occupé.  

Tu viens de sortir un nouveau CD French Album. Comment et où s’est fait l’enregistrement ?
On a enregistré French Album au Studio BLUES’UP à Hyères, c’est là que j’ai mes claviers préférés et c’est vraiment un espace paisible, parfait pour la création !

Contrairement à tes disques précédents où tu t’exprimes en anglais, hormis parfois un titre ou deux en français, ce nouvel album est entièrement chanté en français. Qu’est-ce qui a provoqué ce changement ?
C’est lié à une deBlues pierre sibillemande de ma femme, Danielle. On s’est rencontré à New York, elle est Américaine et m’a entendu en anglais et en français. Comme je n’avais pas encore fait un album tout en français elle m’a proposé de le produire. Elle est pianiste, chanteuse et réalisatrice de grand talent, je n’ai pas hésité.

Comment sont nées ces compositions ?
Tout simplement en pensant à ma vie et aux choses importantes qui m’ont touché. Bien sûr il y a ma famille, mais aussi l’environnement dans lequel on vit à Hyères, plutôt campagne… Un ami m’a dit tu devrais chanter le Blues de la Terre, c’est resté le fil rouge de cet album.

Combien de temps as-tu mis pour venir à bout de cet album ?
On a travaillé environ 2 années, certains titres avait déjà vu le jour un peu avant.

Présente-nous tes compagnons de jeu…
Bien sûr Danielle Mendez qui produit les 6 premiers titres et joue claviers, chœurs et autres programmations. Philippe Jardin à la batterie, François Gomez à la basse, quelques excellents guitaristes comme Eric Sauviat, Gabriel Equerre, Emile Mélenchon. Un invité à l’harmonica chromatique Will Galison de New York et un formidable bugle joué par David Lewis… La liste est assez longue !

Tu as deux invités sur ce disque, David Walters et Wallace Negao. Qui sont-ils ?
David et Wallace sont mes compagnons dans Trio Combo Brazil, de vrais amis dans la musique et dans la vie ! Ils n’ont pas hésité à répondre à mon invitation, ça me fait grand plaisir qu’ils partagent ce projet.

Après ce nouvel album quel est ton prochain défi ?
Essayer de faire exister l’album ! On est dans une période assez dure. La musique est devenue gratuite mais ça coûte toujours cher de la produire et d’en faire la promotion. Les différentes plateformes de streaming incitent les auditeurs à zapper entre des choix qui leurs sont proposés et qui rendent les productions indépendantes de plus en plus dure à trouver.

Combien de concerts fais-tu par an ?BLUES pierre sibille
Je ne sais pas exactement, je dirais entre 100 et 150 dates, c’est beaucoup moins qu’il y a quelques années, mais on sélectionne les lieux qui respectent notre travail d’artiste.

 Les rendez-vous importants ?
Il y a eu le Sunset ce 12 Septembre, je retournerai à New York en avril et je joue une fois par mois au Pullman Tour Eiffel pour un happy hour qui a lieu les jeudi soirs à la Brasserie Frame…

En quoi la scène est-elle indispensable ?
La scène est vraiment ce que l’on sait faire et ce que l’on aime faire. Jouer ensemble pour un public.

Quelle a été ta plus belle expérience de scène au fil de toutes ces années ?
Je pense que c’est au Sugar Bar à New York où j’ai pu jouer à plusieurs reprises en duo avec Valerie Simpson (Ashford & Simspon) notamment ‘Let’s Go Get Stoned’ qu’elle avait écrit pour Ray Charles.

As-tu vu des changements majeurs dans le métier depuis tes débuts ?
Oui ça se resserre. Moins de clubs, moins d’intérêt de produire de la musique originale et plus de réseaux sociaux, ça nous fait changer de clavier.

Est-ce qu’il y a un but que tu n’as pas encore atteint en tant que musicien ?
Bien sûr ! La musique étant une grande école d’humilité, je me sens débutant à chaque fois que je me regarde dans une glace !

Joues-tu toujours régulièrement au Sugar Bar à New York ?
Oui ça sera en avril prochain…

Quels ont été les musiciens les plus marquants pour toi au fil des ans ?
Depuis mon enfance je dirais : Memphis Slim, Ray Charles, Nina Simone, Rory Gallagher, Stevie Wonder, Donny Hathaway, Curtis Mayfield… Plus récemment Kendrik Lamar.

BLUES pierre sibille

Tes prestations personnelles, ton implication dans l’association Blues’Up, ta participation au sein du Trio Combo Brazil, avec toutes tes activités trouves-tu encore des moments pour te poser, pour la famille, les potes, les loisirs… ?
Oui, je vole ces instants ! La quête de la réussite ne vaut rien si on abandonne tout ça. On brille avant tout dans les yeux de ses proches.

Quels sont tes projets pour les mois à venir ?
Me remettre à composer, travailler un peu le piano que j’ai délaissé… On va participer à de belles soirées dans un lieu vraiment unique à Toulon, le Télégraphe.

Pour parler d’autre chose, quel est ton lieu de prédilection ?
J’aime New York, malgré le bruit incessant je sens son attraction sur moi.

Quels sont tes hobbies en dehors de la musique ?
Je fais du sport, yoga, vélo, natation et je m’occupe de mon jardin (qui est assez grand…)

Quels ont été tes derniers coups de cœur musicaux ?
Danielle Mendez, ce n’est pas parce que c’est ma femme mais ses projets personnels sont juste éblouissants. Je suis heureux de pouvoir les écouter et aider à les accompagner.

Quel serait ton rêve le plus fou ?
Créer un festival international d’ajistes indépendant, dans le sud, vers chez moi.

Un dernier mot…
On va créer un Zen Garden à Hyères qui sera dédier au bien-être avec pas mal d’activités qui iront des arts martiaux, à la méditation ou encore la musicothérapie… Projet fou, donc très sérieux !

Gilles Blampain – septembre 2019

https://www.bluesup.org/pierre-sibille/

BLUES pierre sibille