Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

11/17
Chroniques CD du mois Interview: THE NIGHT CATS Livres & Publications
Portrait: IKE TURNER Dossier: VOCALION  
 


Interview
Mr. HARDEARLY


blues deraime
blues electrique bazar
blues electric bazar
blues jeff toto
BLUES Mr. Hardearly




Musicien, producteur avec des projets plein la tête, Mr. Hardearly aime le partage. Tournées, concerts à gogo, enregistrements, promo. Son bonheur : faire de la musique.

Blues Again: Que deviens-tu Mr. H?
Mr. Hardearly: Depuis 2013 nous avons pas mal tourné grâce à notre dernier album White Urban Blues qui a reçu un accueil très chaleureux de la part du public mais également des professionnels (programmateurs, journalistes …).blues mr hardearly Nous avons enregistré le nouvel opus X-Perienced qui sortira à la rentrée 2016 et qui nous a demandé pas mal de temps. En effet, je ne voulais pas faire une copie du précédent CD sous prétexte qu’il avait bien fonctionné et que c’était ce que le public voulait entendre et attendait de moi. J’ai donc composé et testé pas mal de titres pour finalement n’en retenir qu’une douzaine. J’ai également produit et composé pour l’album du Howard Baker Band, chanteur anglais avec qui nous avons tourné au Royaume-Uni en 2012 et 2015 pour nos « UK Tour ». Ajoute à cela quelques problèmes de santé et familiaux à gérer et je pense que ça résume pas mal les 3 dernières années écoulées.

Tu es de plus en plus sur les routes pour donner des concerts à travers la France. Combien de gigs par an ?
Oui, on est extrêmement chanceux de pouvoir tourner autant, et nous en sommes bien conscients. J’en profite pour remercier tous les programmateurs qui nous font confiance depuis 2008 et grâce à qui nous tournons autant. Nous avons fait pour la saison 2015/2016 environ 70 dates dans toute la France (de Lille à Perpignan) ainsi qu’en Angleterre et en Belgique. Nous espérons pouvoir aller partager notre musique dans d’autres pays d’Europe comme l’Espagne, l’Allemagne ou la Hollande en 2017.

En quoi la scène est-elle indispensable ?
Cela fait plus de 30 ans que je fais des concerts, dans des clubs comme sur les grosses scènes de festivals et c’est comme une drogue pour moi. J’aime rencontrer les gens, discuter avec eux. J’aime également la proximité du public comme quand parfois nous jouons dans de petits clubs ou les gens se trouvent à 1m50 de nous. Tu ne peux pas tricher, tu joues sans artifice, sans lumière flatteuse et souvent sur de petites sonos. Là, tu dois assurer ton show sans filet et te donner à 100% d’autant plus que nous jouons en trio. Pour moi la scène est le meilleur vecteur pour partager notre musique et toucher notre public.

Tu tournes régulièrement en Angleterre. Comment ça se passe là-bas pour toi ?
Je vais en Angleterre depuis 1981 mais je n’ai commencé à y tourner qu’en 1997 pour 2 petites tournées de quelques dates avec mon ancien groupe de blues.
L’Angleterre est un peu ma deuxième maison, j’y ai presque de la famille là-bas tant je suis attaché à ce pays, à ses habitants et à leurs coutumes. Nous recevons à chaque fois un accueil enthousiaste, avec un public qui nous suit d’une tournée à l’autre. Les salles sont magiques : on se retrouve dans des endroits où ont joué Peter Green, Jimi Hendrix et bien d’autres. La décoration est même restée d’époque. C’est incroyable. Il y a un coté « retour vers le futur ». Le public est friand de notre répertoire car il y trouve une « French Touch » qui les dépayse. Et puis il y a un peu de curiosité de voir ce que vaut ce groupe de Froggies.

As-tu réussi à décrocher d’autres contrats à l’étranger ?
Nous avons joué un peu en Belgique mais nous n’avons pu visiter d’autres pays car nous jouons presque toutes les semaines en France et n’avons pas forcement de créneau de libre suffisamment important pour l’instant pour organiser une tournée à l’étranger. J’espère que l’on pourra y remédier en 2017.

Tes tournées te laissent-elles encore du temps pour ton activité de studio avec El Grotto ?
On y a enregistré le dernier album pendant un an en 2015. L’année précédente j’y ai produit l’album de Howie Baker. J’ai également produit quelques groupes débutants pour leur donner un coup de main. A la rentrée, il est prévu que je produise le prochain album de Bluejack, un excellent chanteur avec une voix dans la lignée des Robert Plant, Ian Gillan, David Coverdale … : tout ce que j’aime quoi ! Par la suite, si mon emploi du temps me le permet, j’aimerais produire d’autres groupes bien sûr.

Et qu’en est-il de ta fonction de professeur de guitare ?
J’adore enseigner. Bien que je n’aie jamais pris de cours de guitare cela fait plus de 30 ans que j’enseigne. Mr Hardearly me laisse de moins en moins de temps de libre mais je prends toujours quelques élèves chaque année car je pense qu’il est important de partager son expérience avec, entre autre, la jeune génération. Et puis cela me permet d’échanger avec les musiciens amateurs lors de master class que l’on me demande d’organiser de plus en plus souvent. Un pur bonheur !

Quels sont tes projets pour les mois à venir ?
Sortir notre nouvel album X-Perienced et en faire la promo. Continuer à tourner bien sûr. Enregistrer l’album de Bluejack. Peut être repartir en Angleterre pour une nouvelle tournée (et un tatouage de plus, lol). Un peu de repos bien mérité également. La routine quoi. 

blues mr hardearly

Quelle sera la couleur musicale de ce nouveau CD?
Ce sera toujours du blues façon Mr Hardearly, je te rassure, mais les titres seront dans des registres plus variés que sur le précédent album avec de nouvelles couleurs musicales. Il y aura des instrumentaux et des titres acoustiques dont un titre guitare/voix. On y retrouvera bien sûr mes principales influences (S.R.Vaughan, J. Hendrix, J. Beck) mais pas seulement. J’ai voulu ouvrir notre répertoire blues avec d’autres influences qui me sont chères et que je n’avais pu partager jusqu'à présent. Pour moi comme pour le public, j’ai vraiment voulu proposer un album nouveau qui n’était pas une redite de celui d’avant. A vous d’apprécier ce nouveau cocktail de blues, de soul, de funk et de rock. Je préfère laisser les chroniqueurs en parler et décrire notre musique car je ne pense pas être le mieux placé pour en parler. Mais tout ce que je peux vous dire c’est que des surprises vous attendent.

Que des compositions personnelles ou des reprises ?
Il comportera 15 titres dont 2 reprises à découvrir, 2 instrumentaux et donc 13 compositions personnelles. J’ai également eu le plaisir d’écrire tous les textes. C’est album le plus personnel que j’ai pu enregistrer avec Mr Hardearly.

Quand doit-il paraître ?
La sortie est prévue fin septembre chez le label Brennus Records (Rebel) et Socadisc pour la distribution nationale (Fnac, Virgin…). Vous pourrez le trouver aussi en téléchargement sur les principales plateformes légales (iTunes, Deezer …).

Comment et avec qui s’est fait l’enregistrement ?
Nous avons enregistré, mixé et masterisé cet album en 2015 au El Grotto Studio avec Thomas Di Caro à la batterie, Alain Gibert et Yves Moisy à la basse et Bluejack aux chœurs. Chris the Cat (une belle rencontre lors de notre dernière tournée dans le sud) nous à aussi faitblues mr hardearly l’honneur d’une partie d’harmonica sur un titre. Nous avons travaillé sur une vingtaine de titres que j’avais maquettés pour finalement ne retenir que 13 compos pour l’album. Les arrangements sont plus dépouillés que sur l’album précèdent car je pense que cela met plus en valeur les mélodies. Hormis la basse et la batterie, il n’y a qu’une piste de guitare rythmique, une de solo et parfois une petite ligne de clavier (piano, Hammond B3, Rhodes..) que j’ai jouée en studio.

Tu organises La Nuit du Blues à Montmorency pour la deuxième fois (la première a eu lieu en décembre 2010) : dates, affiche, réservations… dis-nous tout.
Oui, il y avait une demande forte de la part du public de la région car la dernière nuit du blues datait d’il y à 6 ans. J’ai pensé que la sortie du CD était la bonne occasion pour renouer avec le public val d’oisien et de pouvoir partager la scène avec des groupes locaux (programmation à confirmer) afin de faire découvrir de nouveaux artistes. J’espère également que nous aurons des invités qui viendront partager la scène avec nous. Le concert se déroulera à La Briqueterie, salle récemment reconstruite, le 30 septembre prochain à 20h30. Les préventes (8€) sont déjà ouvertes et peuvent se faire au 01.39.89.50.60 ou sur place directement (6 av de Domont 95160 Montmorency). Il y aura une tombola d’organisée avec les numéros des billets d’entrée avec des lots à gagner (j’espère une guitare électrique comme la dernière fois ainsi que des sangles, jeu de cordes….)

Peux-tu évoquer tes projets parallèles? Comment arrives-tu à concilier Mr. H et ces projets ?
Pour moi, la musique est un partage, avec le public bien évidement mais également avec les autres musiciens. Il m’est indispensable de travailler de temps en temps avec d’autres artistes. L’album d’Howard Baker à été enregistré en plusieurs sessions et nous avons pu travailler par mail interposés grâce à l’avancée d’internet qui nous permet maintenant d’envoyer de gros fichiers. Pour Bluejack, l’enregistrement devrait démarrer en octobre 2016 et durera quelques mois. Travailler pour d’autres projets que Mr Hardearly est comme une bouffée d’oxygène ou comme une recréation. Je prends la place de sideman et de producteur, cela me change de mes habitudes. Et puis c’est bon pour l’inspiration de voir comment les autres travaillent.

Est-ce qu’il y a un but que tu n’as pas encore atteint en tant que musicien?
Savoir jouer correctement de la guitare ! (Rires) J’aimerais avoir du temps pour rebosser des titres de Jeff Beck, Ry Cooder ou de Pat Metheny, de Bonamassa également. J’aimerais ouvrir mes doigts à d’autres styles : le jazz, le manouche et pourquoi pas refaire un peu de métal fusion comme dans les années 80.

Avec toutes ces activités trouves-tu encore des moments pour te poser, pour la famille, les potes, le sport ?
Je t’avoue que c’est assez difblues mr hardeatlyficile et que cela me pèse par moment. Je n’ai même pas le temps d’aller voir les potes en concert car nous jouons presque tous les weekends. Je n’arrive à prendre que 15 jours de vacances dans l’année ou, je le confesse, je coupe tout (téléphone, internet..) et ou je me consacre à ma famille et à ceux que j’aime. Je profite du succès de Mr Hardearly tant qu’il est là car je ne sais que trop bien que tout peut s’arrêter du jour au lendemain. Quant au sport il va falloir que je m’y remette sérieusement car cela me manque trop.

Pour parler d’autre chose, quel est ton lieu de prédilection ?
J’aime bien les endroits atypiques, où l’on se sent « ailleurs » et où l’on peut se vider la tète en quelques heures. J’aime particulièrement le nord de l’Angleterre, vers Newcastle, car je m’y sens comme chez moi et ailleurs en même temps. J’irai peut être y vivre quand je serai vieux. 

Quels ont été tes derniers coups de cœur musicaux ?
Maitre Gims, Black M et Kenji Girac car ils me rappellent chaque jour combien j’ai de la chance de faire de la musique (rires).

Pour finir… un dernier mot… 
Un mot sur mon matos. Toujours mes vieilles Stratocaster des années 60/70, mon ampli Fender deluxe ’65 et quelques pédales basiques comme un Delay et un Tremolo de chez Boss, une whawha Dunlop et ma double overdrive Dr Swamp de chez T-Rex. Plus je vieillis, plus je constate que le son vient des doigts.

Gilles Blampain – juillet 2016

www.hardearly.com

blues mr hardearly