blues again en-tete
été 22
Chroniques CD du mois Interview: ADY & THE HOP PICKERS Livres & Publications
Portrait: THE ACES Interview: MARJORIE MARTINEZ Dossier: GRAND FUNK RAILROAD
 


Interview
MARJORIE MARTINEZ


KING KONG BLUES
blues blind lemon pledge







Avec un chant dont la force égale le feeling elle nous entraîne dans un univers où se mêlent folk, blues, soul et rock.    

Blues Again : D’où viens-tu Marjorie ?
Marjorie Martinez :  Je suis néMARJORIE MARTINEZe à Marseille mais j’ai grandi à Nice et j’adore la musique évidemment ! 

Parle-nous de ton éveil à la musique … 
Lorsque j’étais enfant et adolescente j’étais passionnée par les chevaux et je travaillais dans un ranch, lors d’un bivouac des personnes ont amené des guitares et ont commencé à jouer et à chanter autour d’un grand feu de camp et c’est là qu’est née ma passion pour la musique.

Quelles ont été tes principales influences ? 
Le départ c’était des chansons d’Hugues Aufray puis Janis Joplin, Stevie Wonder, Sheryl Crow, Plus tard Rickie Lee Jones, Joni Mitchell, James Taylor…

Tu joues de la guitare, pratiques-tu d’autres instruments ? 
Je joue de la guitare et j’essaye de me perfectionner, c’est une quête infinie.

Où et quand as-tu fait ton premier concert ? 
J’aurais du mal à me rappeler de mon premier concert mais je sais que c’était vers les 17 ans que j’ai commencé à jouer régulièrement dans des bars, restaurants etc.

Maintenant, combien de concerts par an ? 
Peut-être une quinzaine de concerts entre mon projet personnel Marjorie‘s Blues Machine et le Nice Jazz Orchestra.

Qui sont tes compagnons de scène ?
Mes compagnons de scène sont Alain Asplanato à la batterie, Jason Metcalf au saxophone ténor, Philippe Bleuez à la trompette, David Giacobetti à la basse, Fred d’Oelniltz au piano et Leo Giannola à la guitare électrique.

En quoi la scène est-elle indispensable ? 
Evidemment lorsqu’on joue en concert c’est l’aboutissement de tout un travail fait en amont et c’est là je pense que les musiciens sont le plus heureux car ils sont libres de s’exprimer et de se «lâcher».

Un bon souvenir de scène… Un mauvais souvenir de scène... 
Mon plus mauvais souvenir de scène est d’avoir subi un trac insupportable mais s’en est suivi le meilleur souvenir de scène, dès que j’ai commencé à chanter le trac c’était envolé. Je chantais pour une jauge de 2500 personnes au festival de Saint-Raphaël en compagnie du regretté Marc Thomas accompagné par le Nice Jazz Orchestra.

Après cinq albums, comment est né le sixième Marjorie’s Blues Machine
Cela faisait longtemps que j’avais cet album dans la tête et que je mettais les chansons de côté. Il fallait juste que je réunisse la bonne équipe pour l’enregistrer. Ça s’est fait au studio 26, Antibes en collaboration avec NissaMARJORIE MARTINEZ Label- Directo productions.

Qui sont les musiciens qui ont participé à l’enregistrement ?
Les mêmes musiciens qui m’accompagnent sur scène.

Quelles sont tes sources d’inspiration pour écrire et composer ? 
Pour cet album en particulier j’ai puiser dans mes références blues-soul (Aretha Franklin, Ray Charles, Robert Johnson).

Comment définirais-tu ton style ? 
Mon style est clairement un mélange de toutes les musiques que j’ai écouté dans le style Folk/Blues/Soul/Rock.

En dehors de tes engagements personnels, travailles-tu sur d'autres projets en collaboration ? 
En dehors de mes projets personnels je travaille avec un big band dirigé par Pierre Bertrand où je chante du jazz avec le Nice Jazz Orchestra. En parallèle je travaille aussi sur quelques compos avec Gunnar du groupe Gunwood.

Quels sont tes projets pour les mois à venir ? 
Avec ma vie de famille, j’essaye de dédier tout le temps qu’il me reste à la musique!

Quel est ton lieu de prédilection ?
Mon lieu de prédilection est certainement ma nouvelle maison dans laquelle je trouve le calme et la paix, parfait pour composer !

Quels ont été tes derniers coups de cœur musicaux ? 
Les derniers coups de cœur musicaux sont Yebba une jeune chanteuse incroyable.
Je viens de découvrir aussi Emily Clark que j’adore.

Comme musicienne, quel serait ton rêve le plus fou ? 
Mon rêve le plus fou serait de devenir Guitar Hero !

Gilles Blampain – juin 2022

https://marjoriemartinez.com/

MARJORIE MARTINEZ