Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

été 20
Chroniques CD du mois Interview: JUNKYARD CREW Livres & Publications
Portrait: BLIND LEMON JEFFERSON Interview: MAINE IN HAVANA Portrait: ROBERT FRIPP
 


Interview
MAMA'S BISCUITS


KING KONG BLUES
king kong blues
king kong blues






Un band dynamique emmené par une chanteuse à la voix de diva soul qui distille un rhythm and blues vintage. Rencontre avec Véronique Sauriat…
    

Blues Again : Comment es-tu venue à la musique ?
Véronique Sauriat : Quand j’étais petite, il n’y avait pas de musique à la maison à part la radio et tv. Je suis venue à la musique sblues mama's biscuitsurtout par les rencontres. Du groupe de copains répétant dans le sous-sol d’une boucherie des standards pop à la chorale de gospel Différence, puis à la rencontre de musiciens de blues (Benoit Blue Boy). Je crois que j’ai été attirée par la musique noire américaine par rejet du racisme qui existait au sein de ma famille.

Le band fête ses 19 ans, quel bilan fais-tu de cette période ?
Houah ! 19 ans, ça passe plutôt vite. Pas de bilan particulier, une belle aventure, 2 albums qui ont permis au groupe de tourner, de belles scènes de festival et autres cafés concerts.

Après tant de temps sur le circuit est-ce plus facile ou toujours aussi délicat pour décrocher des contrats et des lieux où se produire ?
C’est toujours plus difficile sans nouveauté discographique mais il existe aussi des lieux qui reprogramme de manière fidèle.

Si le groupe avait une devise, quelle serait-elle ?
Plaisir et authenticité.

As-tu vu des changements majeurs dans le métier depuis tes débuts ?
Pour moi, je ne le vois pas réellement comme un métier, j’ai une autre activité substantielle et enrichissante d’accompagnement des élèves en situation de handicap. Mais effectivement, je constate que les tarifs des cachets en général sont quasi inchangés depuis plus de 15 ans ou plus bas.

Combien de concerts fais-tu par an ?
Environ une quinzaine ou plus.

En quoi la scène est-elle indispensable ?
La scène c’est le spectacle vivant indispensable, la rencontre avec le public, le lieu d’expression et d’échange irremplaçable, théâtre de nos émotions. Pour moi la scène est une échappatoire, une bouffée d’adrénaline, un moment en suspens dans ce monde souvent absurde.

Présente-nous tes compagnons de jeu...
Philippe Floris (batterie) depuis 2006, Christophe Garreau, Hervé Guillet, Bruno Maturín (basse) depuis plusieurs années, Jérémie Tepper (guitare) depuis 2014, il y a eu aussi Rodolphe Dumont pendant 2 ans et nous commençons une collaboration avec Jonathan Chabbey.

En 2005 paraissait W.O.M.A.N puis en 2012 Evil Gal, ces deux albums ont été très bien accueillis. Depuis silence discographique. Pourquoi ?
Je ne sais pas… Les aléas de la vie, peut-être un manque d’inspiration, d’envie, de confiance en soi ou de concentration.

BLUES mama's biscuits

Il y a quelques années tu évoquais possibilité d’un disque chanté en français. Qu’en est-il ?
C’est toujours plus ou moins un projet en français et en anglais.

Quels sont tes projets pour les mois à venir ?
Justement, refaire des concerts, ça me manque dans ce contexte hallucinant de confinement et peut être concrétiser ce projet.

En dehors de tes engagements avec Mama’s Biscuits, travailles-tu sur d'autres projets en collaboration ?
Non pas actuellement.

Quels ont été pour toi les musiciens ou les chanteurs les plus marquants ces dernières années ?
Difficile de faire un choix…Sharon Jones, Imelda May, Shemekia Copeland, James Hunter…blues mama's biscuits

Forte de ton expérience, quels conseils donnerais-tu à une jeune chanteuse ?
Aucun, chacun vit une expérience différente.

Quels ont été tes derniers coups de cœur musicaux ?
James Hunter Whatever It takes, Janiva Magness Change In The Weather.

En dehors du blues, de la soul, quels genres de musique apprécies-tu ? 
Reggae, cubain, africain, jazz, chanson française.

Pour passer à autre chose, en dehors de la musique quels sont tes hobbies ?
Très simples, la nature, les balades à pied en forêt ou à la campagne, lecture, gastronomie…

As-tu un lieu de prédilection ?
Plutôt un endroit sauvage à la campagne, à la montagne, au bord de l’eau, où se poser discrètement et écouter les sons de la nature.

Gilles Blampain – mai 2020

http://mamasbiscuits.free.fr/

BLUES mama's biscuits