Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

04/17
Chroniques CD du mois Interview: BERNARD SELLAM Livres & Publications
Dossier: BLUES & FLAMENCO (suite) Portrait: CHUCK BERRY Interview: DARIOS MARS & THE GUILLOTINES
 


Interview
CRASHBIRDS


blues deraime
blues electrique bazar
blues electric bazar
blues jersey julie






Le duo, adepte du Do It Yourself,  a beau pratiquer un  Dirty Rock & Blues sans concession, il ne se prend pas au sérieux. Entretien où l’on découvre entre autres choses qu’il est parfois bon de fréquenter les décharges publiques…

Blues Again : Quel a été votre parcours musical, y a-t-il eu d'autres groupes avant Crashbirds ?
blues crashbirdsPierre Lehoulier : Non avant je ne jouais pas de musique, j'avais un métier honnête, j'étais illustrateur.
Delphine Viane : Oui, mais il y a  très longtemps, plus de 20 ans, dans un groupe vocal de filles, pas du tout le même style musical.

Depuis quand existent les Crashbirds ?
D. & P.  : Depuis 2007. Au début nous étions trois, avec un batteur, et le groupe s'appelait            Softsuicide, mais la formule n'était pas très au point, et le nom assez difficile à prononcer sans postillonner, ce qui peut s'avérer gênant quand on cherche à se faire connaitre.

Le duo, c'est une nécessité économique, ou vous préférez ça à une formule de groupe ?
D. & P.  : En fait, on n’a jamais vraiment réussi à trouver un batteur suffisamment motivé pour s'impliquer dans le projet, on l'a donc remplacé par la Crashbox, qui elle, est toujours à l'heure aux répètes. D'un point de vue économique et pratique, c'est  en effet beaucoup mieux de jouer en duo, c'est plus facile à négocier, et cela permet de se produire aussi bien sur une scène que dans un petit bar.

On remarque le grand soin apporté au visuel - pochettes, affiches, T-shirt...  Pierre, c'est toi qui t'occupes exclusivement de tout ça…
Oui, j'ai longtemps fait de l'illustration en BD, en pub, et dans des journaux pour enfants. Je fais toujours de la BD pour le fanzine Kronik, et bien sûr tous les visuels pour Crashbirds.

La Crashbox, c'est toi aussi qui l'as conçue?
J'ai commencé avec une simple boîte en bois (une caisse de trois bouteilles de Bordeaux), avec  un tambourin et un micro à l'intérieur, sur laquelle je tapais avec le pied. C'était pas mal, mais  un peu pauvre  comme son, j'ai donc ajouté une boîte deux fois plus longue, moitié bois et moitié métal, elle aussi amplifiée avec un micro, et qui fait office de grosse caisse. Les deux combinées, et correctement réglées sur la table de mixage, constituent  une sorte de batterie rudimentaire au pied.

Pierre, quelle(s) guitare(s) utilises-tu, en studio et sur scène?
En studio, je ne sais pas je n'y suis jamais allé. Sur scène, j'utilise une Gibson SG noire, et j'ai aussi une Gibson SG noire de réserve, au cas où j'aurais un problème avec la première. J'ai parfois envisagé d'essayer une Gibson SG rouge, il faut garder l'esprit ouvert, mais je ne suis pas encore vraiment décidé.

blues crashbirds

Et toi, Delphine?
Je joue avec deux guitares électro-acoustiques, une Takamine qui a un son chaud et grave, et l'autre, une Taylor transformée en guitare électrique grâce à un micro de rosace Fisher qui me permet de la brancher directement sur mon combo Peavy ou sur un petit Black Star à lampes, pour obtenir un son saturé.

Delphine, tu joues aussi un peu de batterie sur le nouvel album... il s'agit d'un engin un peu vintage…
Oui j'ai fait la partie batterie, sauf la Crashbox, sur cet album et sur le précédent. J'ai une vieille caisse claire toute pourrie, et une Charley récupérée dans une décharge, sur  lesquelles je joue avec des balais, et j'utilise aussi une cocotte en fonte pour la cloche.

Tu en as toujours joué, ou tu t'y es mise pour l'occasion?
Je mis suis mise pour l’occasion, ce qui tombe très bien, vu que c'est une batterie d'occasion.

En quoi Dead City est-il différent de l'album précédent?
D. & P. : Hé bien justement, la batterie est plus en avant, le son est un peu plus lourd, et vocalement Delphine  ablues crashbirds rajouté des chœurs sur certaines parties. On a fait l'enregistrement et le mix à la maison comme pour l'album  No Mercy, mais on a confié le mastering à Sébastien Lorho à Rennes pour avoir un meilleur rendu final. De plus l'album est disponible en version CD, comme le précédent, mais aussi et surtout en vinyle.

Pierre, on a l'impression que tu pars d'un riff, puis que tu le développes selon l'inspiration... Quelle est la part d'impro, s'il y en a une?
Oui je pars d'un riff, et je construis le morceau autour, mais je n'improvise pas sur le disque. Je me lâche sur certains titres en live comme ‘Dead City’ que l'on rallonge sur scène, et il y en a d'autres qu'on joue à l'identique.

Qui compose, qui écrit les textes?
P. : Et bien justement je pars d'un riff. Quand j'en ai trouvé un qui nous plaît bien, je le développe pour avoir une ossature de morceau complète : couplet, refrain, break etc. Puis Delphine cherche sa partie guitare, on modifie, on adapte, selon les besoins.
D. : Une fois le squelette du morceau construit, je trouve une mélodie chant en yaourt.
P. : Les paroles viennent en dernier, on ne fait pas vraiment de la chanson à textes. J'écris un premier jet, et on affine au fur et à mesure pour que ça sonne.

La référence aux séries B, zombies, tout ça : est-ce pour le fun, ou bien êtes-vous passionnés par cet univers?
P. : Les zombies  c'est marrant à dessiner, mais pour ce qui est du cinéma ce n'est pas vraiment notre truc, disons que les zombies manquent un peu trop de conversation et de répartie  pour des fans de Michel Audiard.
D. : Arrrrghhhh, Grrrrrr, Rhâaaaaaaa!

Point de vue musique, des influences, des héros… 
P. : Pas de héros, mais plein d'influences : ACDC (avec Bon Scott), John Lee Hoblues crashbirdsoker, Les Stones (au début), Johnny Winter, Creedence, les Clash, Motörhead, Rory Gallagher, Pink Floyd, George Thorogood, Calvin Russell, John Campbell, ZZ Top et beaucoup d'autres.
D. : Plein d’influences et plein d'anti-héros: Sex Pistols, Dead Kennedys, Patti Smith , PJ Harvey, Nina Hagen, Prodigy, New York Dolls, Billie Holiday, Stooges, Doors, Pink Floyd, Chuck Berry, Motörhead, Nine Inch Nails.

Vous tournez beaucoup… 
Oui en 2014 on a fait 48 dates, et on espère en faire plus en 2015.

Votre meilleur souvenir de concert?
Notre meilleur souvenir  (même s'il y en a plein d'autres)  on va dire que c'est le concert avec Dr Schultz Experience à Montreuil, pour rendre hommage à Mr. Schultz (chanteur aussi de Parabellum) malheureusement décédé trop tôt, en septembre dernier.

Et le pire ?
D. & P. : Quand on s'est retrouvé devant un bar fermé en plein hiver sous la neige. C'était il y a longtemps, à présent les plans pourris on les voit venir de loin, et on les évite.

Quels sont vos projets dans l'immédiat ?
D. & P. : Travailler les nouveaux morceaux pour préparer  le troisième album. Et bien sûr les concerts à venir.

Difficile de clôturer sans  parler de l'actualité : les attentats contre Charlie-Hebdo, vous en pensez quoi ?
D. & P. : Si on ne peut plus se foutre de la gueule des cons et de la religion, il ne va plus nous rester grand-chose pour rigoler.

Marc Jansen - Février 2015

www.crashbirds.blogspot.com

blues crashbirds