Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

11/17
Chroniques CD du mois Interview: THE NIGHT CATS Livres & Publications
Portrait: IKE TURNER Dossier: VOCALION  
 


Interview
ALEXIS EVANS TRIO


blues deraime
blues electrique bazar
blues electric bazar







Si l’aspect est vintage, la création est tout à fait originale et actuelle. C’est une musique faite pour se lâcher pas pour se prendre la tête, ça pétille, c’est joyeux et festif en diable
Le trio joue dans la finesse mais sûrement pas dans la retenue un plaisant mélange de jump, de soul avec même une pointe de funk qui ne nuit pas à l’affaire.

Blues Again : Qui es-tu Alexis Evans ?
Alexis Evans : J’ai 22 ans, je suis de Bordeaux, j’ai débuté l’apprentissage de la guitare à 8 ans, et commencé à fréquenter les scènes au cours de bœufs blues dans des bars à Bordeaux.
Dans un trio, c’est dur d’avoir un seul leader, à seulement 3 on est tous obligés de s’exprimer autant, créer une ambiance tous les trois, pour réussir à emporter le public...
Mes deux compères je les ai rencontrés naturellement dans des scènes ouvertes à Bordeaux.
Olivier Perez a 46 ans, c’est le bassiste. Il a joué avec Tia and the Patient Wolves, Wanana Blues Blasters, ainsi qu’avec Gaspard Ossikian, etc…. Il a joué sur des festivals comme Cognac, Cahors, Blues sur Seine. Il a également fait la première partie de Mike Sanchez, Jimmy Johnson, Donald Kinsey, Donald Ray Johnson…  Lyonnais d’origine, il est arrivé à Bordeaux pour le trio… et le vin!
Eric Boréave, 37 ans. Il a été batteur de Lonj, Sam Tchang, Nola’s Po Boys, ... Lui est bordelais. Il a joué avec Jimmy Carpenter, Super Chikan, Ray Killer Allison, Brother Tyrone, Big Jack Johnson, Billy Iuso, Tony Stelmaszack… Lui aussi a fait Cognac Blues Passions, Cahors Blues Festival, Blues sur Seine… et il a également joué aux Etats-Unis.
Nous jouons un mélange de blues, rhythm & blues, soul et rock’n’ roll...

Comment as-tu été accroché par le blues ?
En jouant un peu de musique à l’âge de 12 ou 13 ans avec mon père qui fait du piano, et ensuite en découvrant la scène blues bordelaise lors des jams blues, notamment avec le Marine Band Club (asso qui organise des scènes ouvertes animées par des gens tels que Lonj, Anthony Stelmaszack, Sam Tchang, Jean-Louis Fernandez...)
J’ai été beaucoup inspiré par des artistes comme Eddie Bo, Earl King, Ernie K. Doe, Wilson Pickett, Syl Johnson, Sam & Dave, Rufus Thomas, Guitar Slim, Art Neville, Albert Washington, Danny White, Bobby Marchan, et bien d’autres.

Sur quel genre de guitare joues-tu ?
Je joue sur une Airline RS II, une Squier Jazzmaster et une Epiphone Sorrento. Mais je ne suis pas très compliqué à ce niveau-là, j’aime bien jouer sur à peu près n’importe quelle guitare qui peut me tomber sous la main.

blues alexis evans trio

Quand et comment le groupe est-il né ?
Le groupe est né en août 2011 à l’occasion du Bordeaux Congo Square, un festival organisé par l’asso Jinprod, dans lequel on était programmés. Cela a été Le premier concert important pour nous.
Ces 2 dernières années, on a fait en moyenne 100 concerts par an, un peu partout en France.

Parmi 3 ou 4 musiciens ou chanteurs de référence, quels sont ceux qui font l’unanimité dans le groupe ?
Eddie Bo, Earl King, Wilson Pickett et Syl Johnson!

Vous êtes essentiellement un groupe de scène…
Toutes les fois où les gens finissent par danser sur les tables, ou quand le public nous rejoint sur scène nous sommes ravis. Par contre il nous est arrivé de nous produire dans des établissements où on a été très mal accueillis, et ça donne vraiment pas envie de se faire plaisir sur scène.

Il y a quand même eu de belles rencontres…
Il y en a eu beaucoup... Par exemple on a passé une soirée magique à Nantes. Sax Gordon, un super saxophoniste américain, se trouvait un peu par hasard à notre concert et il a joué avec nous, on a ensuite passé le reste de la soirée avec lui à parler et à rire!

Un CD est paru (I’ve been around), peux-tu nous en parler?
blues alexis evans trioCet album, on l’a enregistré chez Eric Boréave le batteur du groupe, et mixé à Alter Notes Studio. On a d’ailleurs fait une très belle rencontre avec les gens de ce studio, comme Vincent Valloir. Ça a été un grand plaisir de travailler avec eux!
On a décidé de mettre sur le disque certaines de nos compositions, on aurait voulu en mettre beaucoup plus, mais on manquait de temps et de moyens, car c’est une autoproduction. On le vend lors de nos concerts ou par la poste par le biais de notre site.

Tu signes tous les titres du CD. Quand et comment composes-tu en général ?
C'est toujours à des moments différents (dans la rue, chez des amis, chez moi), soit une mélodie, soit une phrase qui me vient à l'esprit, et je m'isole dans un coin pour la noter... 

D’où vient ton inspiration ?
En général, il y a toujours une femme derrière nos morceaux. 

A part le rhythm’n’blues, la soul, le rock, apprécies-tu d’autres styles musicaux ?
J'aime énormément le rocksteady, le ska, le reggae old school, avec des artistes comme Alton Ellis, The Bluesbusters, Delroy Wilson, John Holt, et plein d'autres...

Quels ont été tes derniers coups de cœur musicaux ?
Dans les groupes actuels, j’aime beaucoup Nico Duportal and his Rhythm Dudes, JD McPherson, et dans d’autres styles, Akua Naru, Odezenne…

Quels sont les projets du trio pour les mois à venir ?
Ces prochains mois, on va élargir la formation pour y ajouter un pianiste et des cuivres. Ce n’est pas pour tout de suite, mais on y travaille!

La scène bordelaise semble très vivante…
A Bordeaux il y a pas mal de musiciens et de groupes, comme Loretta & the Bad Kings, Lonj,  Thibault Ripault (TBo & the BBoppers), Sam Tchang, Anthony Stelmaszack...
Le public est assez bien en général.
Par contre la ville est assez pauvre en clubs, de plus, les conditions se dégradent. Il y a le Comptoir du Jazz et le Café Brun. Heureusement il y a des assos comme Allez Les Filles ou Jinprod pour organiser des évènements tout au long de l’année.

blues alexis evans trio

 Quels sont tes hobbies en dehors de la musique ?
Sortir en ville, faire des «grosses soirées» comme on dit chez nous!

Pour le trio, quel serait le rêve le plus fou ?
On voudrait partir à la Nouvelle Orléans!

Un dernier mot…
Pour nous, la musique c’est le live! Les concerts! Donc il faut continuer à organiser des évènements, des festivals, encourager les clubs, et y aller surtout!

Gilles Blampain –novembre 2013

www.alexisevanstrio.com