Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

09/17
Chroniques CD du mois Portrait: WILLIE MABON Livres & Publications
  Dossier: EXCELLO RECORDS  
 


Inoxydable
CLIFTON CHENIER
Bon Ton Roulet - Arhoolie 1967


 


Historiquement, son tout premier succès commercial ‘Ay ! Teete Fee’, sorti sur le label Speciality Records, date de1955. Mais c’est en 1956 que Clifton Chenier franchit le pas et décide de devenir musicien professionnel. Il part en Californie où il se produit dans les clubs et enregistre deux sessions pour Chess Records, la première en octobre 1956 à Los Angeles et la seconde un an plus tard à Chicago. Il faut cependant attendre le début des années 60 pour que le phénomène Chenier explose hors des frontières du Sud grâce au concours du producteur californien Chris Strachwitz.

Une première session pour le label Arhoolie a lieu en studio le 8 février 1964. Strachwitz préfère le répertoire traditionnel français, Chenier souhaite favoriser un son plus blues, en vogue dans la communauté noire. Ils tombent d’accord en gravant une face avec two-steps et valses cajuns, l’autre avec blues et rhythm’n’blues. Ce premier album pour Arhoolie est titré Louisiana Blues And Zydeco.

En avril 1966, Clifton Chenier se produit au Berkeley Blues festival sur le campus de l’université de Californie. C’est un véritable choc pour le public. Le critique du San Francisco Chronicle écrit : « …un musicien des plus surprenants avec un jeu d’accordéon bouleversant, un accordéon blues, c’est ça, un accordéon blues ». Le Oakland Tribune n’est pas en reste, on peut lire dans ses colonnes : « Chenier est un virtuose et les riffs qu’il installe dans les basses tout en jouant un solo dans les aigus le fait sonner comme le band de Count Basie en miniature ».

Le 10 mai, de retour à Houston où il réside, Chenier entre en studio pour graver les douze titres du deuxième album, produit par Chris Strachwitz. La plupart des chansons sont en créole. Le premier titre de la face A, ‘Bon Ton roulet’,donne son nom au disque ; c’est le parfait exemple du mariage entre musique cajun et rhythm’n’blues. Suivent quelques blues classiques comme ‘Black Gal’ et ‘Baby Please Don’t Go’, dans lesquels l’accordéon est soutenu par un violon très dynamique. La face B s’ouvre sur ‘Ma Negresse’, rengaine extrêmement populaire dans la communauté créole de Louisiane, à laquelle Chenier donne des intonations bluesy. Suivent ‘Sweet Little Doll’ et ‘Jole Blonde’, morceau quasiment considéré comme l’hymne national cajun. On peut également entendre le succès country ‘Can’t Stop Loving You’ et ‘Keep On Scratching’, adaptation du standard du blues ‘Scratch My Back’.
Ce disque est la véritable rampe de lancement vers le succès international que connaîtra Chenier dans les années 70, qui se verra couronné par un Grammy Award en 1983.

Clifton Chenier confia un jour au magazine Rolling Stone : « Ce que j’ai fait, ça a été d’introduire un peu de rock’n’roll dans le zydeco et de mélanger un peu tout ça. Les autres musiciens jouent le zydeco à leur manière depuis si longtemps que ça ne change pas des vieilles mélodies françaises. J’ai été le premier à mettre de l’énergie là-dedans. »

Gilles Blampain