Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

11/19
Chroniques CD du mois Interview: NICO CHONA Livres & Publications
Portrait: SUGAR PIE DESANTO Interview: YELLOW DOGS Dossier: ANN ARBOR 1969
 


Dossier
LESLIE SPEAKERS


BLUES PIEDMONT BLUES
blues piedmont blues
MUSCLE SHOALS






Un système d’effets qui s’est imposé auprès des organistes et plus tard des guitaristes et dont le nom reste associé à celui qui n’en voulait pas.
   

Qui n’a déjà entendu ce nom, Cabine Leslie, en se demandant ce qui se cache derrière ? Cette appellation désigne un système d’effets sonores. Même sans être technicien on connaît le son si caractéristique qui s’en échappe. Une modublues leslielation phonique qui fait la différence. Mais d’abord pourquoi cabine alors qu’aux USA, pays d’origine de l’appareil, on parle plus couramment de haut-parleurs – speakers. Sans doute la taille de l’engin. Mais également parce qu’on trouve plus rarement le terme de Leslie Cabinet qui se traduit ici par meuble ou console.

 Depuis son invention, de l’orgue Hammond auquel il est très souvent associé, aux de guitares des années 60 et 70, ce dispositif qui imprime sa marque sur le son a abondamment été utilisé.
Si différents modèles sont commercialisés sous un numéro, l’appareil porte tout simplement le nom de son créateur, Donald James Leslie (13 avril 1911 - 2 septembre 2004). Cet inventeur qui dépose plus de 50 brevets au cours de sa carrière, voit le jour à Danville dans l’Illinois mais il n’y reste pas longtemps, sa famille déménage vers le sud de la Californie en 1913.

À la fin des années 1930, il achète un orgue électrique Hammond qu’il installe à son domicile. Fasciné par cet instrument, il est néanmoins déçu par le résultat sonore et la mauvaise qualité des effets de trémolos. L’orgue Hammond breveté en 1934 est un instrument électromécanique, basé sur une roue phonique de 91 pignons.  Les pignons tournent dans un champ magnétique, qui donne un son particulier. Donald Leslie souhaite retrouver ce son massif et plein d’émotion que délivrent les orgues qu’il entend à l’église. Il décide de créer un haut-parleur équipé d'effets rotatifs pour les aigus et les basses, commandé par un boitier installé sur l'orgue via une alimentation de commande. En 1937 son haut-parleur qui tourne dans un coffre, produit un effet Doppler qui module le son, imitant dans une certaine mesure la résonance de l'orgue dans un grand espace en le projetant à 360 degrés. L’effet Doppler est le décalage de fréquence d’une onde observé entre les mesures à l'émission et à la réception, lorsque la distance entre l'émetteur et le récepteur varie au cours du temps. L’appareil n’est pas destiné à être un haut-parleur hifi, mais plutôt un effet qui vient altérer le son tout comme pourrait le faire une pédale d’effet ou un amplificateur pour guitare électrique. Ce premier modèle est baptisé Vibratone ou modèle 30A.

Lorsqu’il présente son invention à Laurens Hammond ingénieur et inventeur du célèbre orgue qui porte son nom, celui-ci n’est pas enthousiasmé et cherche à freiner l'expansion de cette modification sonore en créant des amplificateurs sans alimentation de commande. Donald Leslie fonde donc Electro Music à Pasadena pour assurer lui-même la production et crée alors une embase à la lampe d'alimentation (6X4) munie d'un fil de sortie pour alimenter les moteurs. Un grand nombre d’organistes adoptent ce nouveau système quelle que soit la marque de l’orgue qu’ils utilisent. Laurens Hammond voulant garder la maîtrise du son de son orgue tente de mettre à mal l'invention de Leslie en changeant le connecteur sur les nouveaux modèles et en demandant aux propriétaires des magasinsBLUES LESLIE distributeurs des instruments de sa marque de ne pas vendre les haut-parleurs Leslie. Mais la cabine Leslie connaît un essor fulgurant surtout avec l'arrivée des modèles 122 et 147. Vient ensuite le tambour Rotosonic, le haut-parleur est sur un rotor. L'idée des effets rotatifs permet l'imitation des sons planants des orgues classiques à tuyaux. Ce dispositif retient l’attention des lieux de cultes qui n’ont pas un gros budget mais qui souhaitent acquérir des orgues électroniques. Les églises baptistes fréquentées par la communauté noire en font une consommation de masse et détermine une orientation gospel et blues du tandem B3/122. En dehors de ces lieux conventionnels, la cabine Leslie permet de généraliser l'usage de l’orgue Hammond en dehors des théâtres et des églises. Le procédé évolue constamment. La première cabine Leslie, le modèle 30A, ne disposait pas de chorale, juste un trémolo et un arrêt. Cet effet, chorale, a été introduit sur le marché plus tard à partir des modèles 122/147. C’est à ce moment-là que Leslie ajoute la mention « Voice of the pipe organ » (voix de l’orgue à tuyaux) sur ses enceintes. Deux vitesses de rotation sont disponibles, ‘Chorale’ qui simule le son d’orgue classique et ‘Tremolo’ qui figure la sonorité orgue de cinéma. Les musiciens de jazz ou de rock utilisent indifféremment les deux vitesses, selon l’ambiance qu’ils veulent donner à leur sonorité. L’orgue devient alors un instrument courant dans le rock, dans la musique psychédélique, le jazz, la musique pop…

Donald Leslie persiste dans sa recherche d’amélioration du son en mettant à profit son expérience acquise au Naval Research Laboratory à Washington pendant la Seconde guerre mondiale ainsi que la technicité assimilée et mise en application au cours de ses activités de réparateur de radio ou d’électronique exercées durant quelques années.

Mise au point en 1955 la version B-3 de l’orgue Hammond qui se différencie de ses prédécesseurs par l’utilisation d’un système de percussions et de tirettes va faire le succès de la marque. L’orgue Hammond B-3 devient dès lors pratiquement indissociable de la cabine Leslie et on peut avancer que l’organiste Jimmy Smith et le B-3 auquel son nom est associé donne dès la fin des années 50 ses lettres de noblesse à l’instrument à travers une discographie pléthorique. Sa technique d’interprétation fait appel à une main gauche qui joue sur la basse et conforte l’action du pied gauche, qui doit donner des impulsions rythmiques ou doubler la basse tandis que la main droite joue la ligne mélodique, et que le pied droit réalise les modulations sur la pédale d’expression. L’utilisation de la cabine Leslie embellie la prestation. Plus tard d’autres artistes s’illustreront aux claviers : Jimmy McGriff, Lou Bennett, Rhoda Scott, Georgie Fame, Booker T. Jones, Eddy Louiss, Lucky Peterson…
BLUES LESLIE
Dédaigné par Laurens Hammond, Donald Leslie finit par fabriquer des haut-parleurs pour d'autres sociétés d'orgues, notamment Wurlitzer, Conn, Thomas et Baldwin.

Pendant les années 1960, la possibilité de créer des circuits électroniques à faible coût et l’amélioration de la production en masse pousse de nombreuses entreprises à créer leurs propres modèles copies de cabines Leslie, plus petits et plus faciles à transporter.

En 1965, Electro Music est acquise par CBS mais Leslie reste consultant. Laurens Hammond décède en 1973. La société Hammond reconnaît enfin officiellement l’intérêt de l’invention en 1978. Leslie prend sa retraite en 1980. Au début de cette décennie Hammond inclue les cabines Leslie dans ses orgues.
Donald Leslie est admis au American Music Conference Hall Of Fame en 2003, aux côtés de feu Laurens Hammond. Leslie décède le 2 septembre 2004 à Altena en Californie.

Technique

Schématiquement, le haut-parleur installé dans l’enceinte fonctionne sur le même principe physique de variation de fréquence et de volume que la sirène d’une voiture de police qui passe. Les modèles les plus courants sont constitués d'une amplification à lampes de 40 W et de deux haut-parleurs. Le son est filtré de façon à envoyer les graves dans le haut-parleur des basses dirigé vers le bas à travers un tambour rotatif et les aigus dans le haut-parleur des aigus dirigé vers le haut à travers une double trompette rotative. Il y a deux vitesses de rotation. Le tambour tourne moins vite que les 2 trompettes et a un temps d’accélération et de décélération supérieur à celui de la trompette. La rotation fait varier : l’'amplitude du son (le son s'approche et s'éloigne), le panoramique (le son se déplace de gauche à droite), la fréquence et la phase (effet Doppler). Les modèles les plus populaires, 122, 145 et 147, utilisaient des petits amplificateurs qui pouvaient facilement être saturés, ce qui permit de créer certains des sons les plus mythiques de l’histoire du rock.

Au milieu des années 1960 les cabines Leslie ont également été utilisées pour les guitares électriques donnant un son particulier, mélange d'effets chorus et vibrato avec des changements de vitesse incéssants. Les Beatles l’expérimentent même sur la voix de John Lennon dans la chanson ‘Tomorrow Never Knows’ en 1966. Un an plus tard, George Harrison l’utilise sur sa guitare lors de l’enregistrement de ‘Lucy In The Sky With Diamonds’. Toujours en 1967 lors de l’enregistrement du titre ‘Little Wing’ sur lequel on peut entendre en plus de la basse et de la batterie un glockenspiel, Jimi Hendrix branche sa guitare directement dans une cabine Leslie.

L’effet est superbe. Sur scène, Hendrix utilise une pédale Univibe simulant l’effet Doppler. Stevie Ray Vaughan, Billy Gibbons et David Gilmour ont également eu recours à la cabine Leslie.
BLUES LESLIE
De nos jours de nombreuses pédales de guitare proposent de simuler l’utilisation d’une cabine Leslie : Electro-Harmonix Lester G Deluxe Rotary Speaker, Boss RT-20, Roto-Machine Line 6 ToneCore, Behringer RM600, Dunlop UniVibe, Strymon Lex, Korg G4, Tech21 Roto Choir, Rolls RP147 Rotorhorn, Eventide ModFactor, Digitech EX7, Neo Ventilator, GSI Burn et Hammond Digital Leslie Pedal.

Aujourd'hui, c'est Hammond Suzuki Corp. qui fabrique de nouveau des cabines Leslie, certaines sont identiques aux originales (le contrôle de la vitesse effectué par électronique), d'autres sous de nouvelles conceptions de cabines, comme la Leslie 21 de 150W avec trompette et simulation de tambour, ainsi qu'en complément optionnel son tambour mécanique de 150W et la nouvelle Leslie 3300, compacte et puissante.


Gilles Blampain