Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

11/20
Chroniques CD du mois Interview: FRED CHAPELLIER Livres & Publications
Portrait: T-MODEL FORD Interview: DOC LOU Dossier: PEDALE WAH-WAH
 


CD
CULPEPER'S ORCHARD

 

Mountain Music – The Polydor Recordings 1971-1973

Culpeper's Orchard est désormais l'une des pépites du hard-rock pionnier oublié avec Growers Of Mushrooms de Leaf Hound et le premier album de Sir Lord Baltimore. Mine de rien, le disque se vend à 20000 exemplaires,CULPEPER'S dans un pays qui ne compte que 4 millions d'habitants à l'époque. C'est aux portes du succès, que Rodger Barker, rongé par l'acide, est débarqué. Alors que le groupe doit donner un concert privé pour se vendre auprès des promoteurs de concerts, Barker débarque dans une immense bagnole américaine, raide défoncé, manteau de loup, totalement persuadé que Culpeper's Orchard est aux portes du carton international. La prestation sera surréaliste, Barker, défoncé, tombant à de multiples reprises de son siège de batteur, avant de disparaître sans laisser de trace. Nicklin et le reste du groupe n'ont d'autre choix que de le remplacer. Ken Gudman sera l'homme de la situation. Le succès du premier disque engendre la pression du label, qui souhaite un second disque rapidement. Le petit quatuor se met au travail, et publie quelques mois plus tard seulement Second Sight. Le propos est un peu plus calme, plus country-rock. Nicklin, Friis et Henriksen dévorent les albums des Byrds, de Joan Baez, Bob Dylan, Duane Eddy… Totalement méprisé, Second Sight est une merveille de folk-rock électrique dont l'intensité n'a rien à envier à Crosby, Stills, Nash And Young, une autre influence majeure. Il faudrait avoir un cœur de marbre pour ne pas décrocher une larme à l'écoute de ‘Julia’, ‘Keyboard Waltz’ ou ‘Classified Ads’. Le côté hard-rock s'éloigne effectivement, mais la qualité de composition absolument pas. Apparu sur une édition danoise de 2005. On découvre que Culpeper's Orchard n'avait rien perdu de sa verve électrique, doublant la durée du morceau en de multiples circonvolutions électriques. La débandade n'est toutefois pas très loin. Sur la route, Henriksen se prend la tête avec le bassiste Michael Friis. Le guitariste pose un ultimatum à Nicklin : c'est lui ou Friis. Le flegme britannique penchera pour Friis, compositeur de nombreux morceaux essentiels et multi-instrumentaliste doué. Du coup, Henriksen entraîne avec lui Gudman. Nicklin et Friis reconstitue un nouveau Culpeper's Orchard en quelques semaines : Neils Vangkilde est à la guitare, Nils Tuxen est à la pedal-steel, Tom McEwan en est le batteur. Un troisième disque est capturé en studio sous le nom de Going For A Song. Il sort en décembre 1972. Disque absolument folk, et pas du tout électrique, il est invariablement la cible des plus viles critiques. Il y a pourtant de belles chansons : ‘Time Flies’, ‘Couldn't Be Better’, ‘Roger And Out’… Tout est encore en place, mais le Danemark a déjà oublié Culpeper's Orchard. Il poursuivra le groupe avec Michael Friis sous le nom de Culpeper avec l'album All Dressed Up & Nowhere To Go en 1976. Mais la magie s'est envolée. Le coffret réunit l'intégralité de ce groupe tellement méconnu. Il manquera sur cette superbe anthologie une pièce rare mais totalement indispensable : une fantastique version en direct de ‘Classfied Ads’ au Nyborg Festival en 1971.
Julien Deléglise