Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

été 20
Chroniques CD du mois Interview: JUNKYARD CREW Livres & Publications
Portrait: BLIND LEMON JEFFERSON Interview: MAINE IN HAVANA Portrait: ROBERT FRIPP
 


UNE CHANSON



blues my babe
blues my babe




My baby, she don't stand no cheating

Si l’on enseignait les rudiments pour écrire une chanson à succès, My Babe serait certainement au programme. Willie Dixoblues my baben a écrit ce texte pour Little Walter. En bon faiseur il connaît les interprètes pour qui il travaille et il a le flair pour savoir ce qui leur convient ; le titre qu’ils sauront mettre en valeur. Il a déjà mené Muddy Waters, Howlin’ Wolf et Bo Diddley sur la route du succès.
My Babe paraît le 12 mars 1955 sur le label Checker, une filiale de Chess Records. La face B révèle un instrumental ‘Thunderbird’. Dès sa parution le titre cartonne. Il reste 19 semaines dans les charts rhythm and blues dont 5 semaines n°1 et demeure l’un des plus grands succès parmi les nombreuses compositions signées par Willie Dixon.
Le titre est court, 2’30. Après une très brève intro à l’harmonica Little Walter débute la chanson avec une voix claire et chante de façon décontractée. On sent la posture du gars qui sait à quoi s’en tenir avec sa petite amie et qui par conséquent file droit. Il prend un solo d’harmonica entre chaque couplet. Sur le dernier couplet les autres musiciens reprennent en chœur ‘true little baby, my babe’.
La chanson a probablement été enregistrée le 25 janvier 1955 dans les studios Universal Recorders à Chicago, où la majorité des sessions Chess et Checker se sont tenues jusqu'à ce que les frères Chess ouvrent leur propre studio dans l’immeuble situé au 2120 Michigan avenue en 1957. Little Walter est au chant et à l'harmonica, Robert Lockwood Jr. et Leonard Caston sont aux guitares, Willie Dixon tient la contrebasse et Fred Below est à la batterie. La chanson sera rééditée en 1961 avec un ajout de chœur féminin et se classera brièvement dans les charts pop.
Le thème est basé sur le gospel traditionnel ‘This Train (Is Bound For Glory)’, dont Rosetta Tharpe a enregistré une version sous le simple titre de ‘This Train’ en 1939. Le rythme est hypnotique, il est basé sur le battement du bogie du train au passage du joint de rail. Willie Dixon retravaille l'arrangement et pour les paroles il abandonne le côté sacré racontant la procession des saints dans le ciel pour une version profane, l’histoire d'une femme qui ne supporte pas que son homme la trompe. Ray Charles a ouvert la voie avec ‘I Got A Woman’ en 1954 dont la ligne musicale n’est autre que le gospel ‘It Must Be Jesus’. Dixon en fin connaisseur du gospel n’est pas en peine pour lui emboîter le pas mais il n’en fera pas son fonds de commerce.
« My baby, she don't stand no cheating, my babe, she don't stand none of that midnight creeping » - « Ma chérie, elle ne supporte pas qu’on la trompe, ma chérie, elle ne supporte pas ces virées nocturnes »

blues my babe

    My baby, she don't stand no cheating

« Oh yes, I know she love me, /She don't do nothin' but kiss and hug me / My babe, true little baby, my babe » - « Oh oui, je sais qu'elle m’aime / Elle ne fait rien d’autre que m’embrasser et m’étreindre / Ma chérie, vraie petite chérie, ma chérie »

blues my babe

Dès 1957 Sonny Burgess and the Pacers en font une savoureuse version rockabilly. En 1958, Ricky Nelson et Dale Hawkins vedettes montantes du rock’n’roll reprennent le titre chacun de leur côté. En juillet 1959, le saxophoniste Coleman Hawkins et le pianiste Ray Bryant s’inspirent de My Babe pour partir dans une envolée jazzy pleine de swing sur la scène du Newport Jazz festival. La même année de l’autre côté de l’Atlantique c’est au tour de Cliff Richard de reprendre My Babe. En 1962 toujours en Europe, c’est Vince Taylor qui la scelle dans le rock tandis qu’en Amérique The Coasters en font une adaptation twist plutôt cool. En 1963, c’est en décembre, au Club A  Go Go à Newcastle que les Animals enregistrent une vigoureuse prestation live du titre en compagnie de Sonny Boy Williamson II. Le pianiste de jazz Ramsey Lewis en fait une superbe interprétation syncopée en 1964 sur le LP At The Bohemian Caverns. En 1965 les Everly Brothers rhabillent le titre dans une livrée pop avec force harmonies vocales sur l’album Beat & Soul tandis que le trompettiste Donald Byrd crée une variante jazz avec chœur féminin sur le LP Up With Donald Byrd. Ike & Tina Turner lui font un très dynamique lifting rhythm’n’blues sur l’album Get It, Get It en 1966. L’organiste Lonnie Smith se lance dans une superbe déclinaison instrumentale sur son premier album Finger Lickin' Good Soul Organ en 1967 et la même année Little Walter y revient en compagnie de Bo Diddley et Muddy Waters sur l’album Super Blues. En 1969 Elvis Presley se réapproprie la chanson sur l'album From Memphis To Vegas/From Vegas To Memphis.
« Oh yeah, she don't stand no foolin' /When she's hot there ain't no coolin' / My babe, true little baby, my babe » - « Oh oui, elle ne supporte pas qu’on la dupe / quand elle est en colère rien ne peut la calmer / Ma chérie, vraie petite chérie, ma chérie »
En 1971 Wilbert Harrison réinvente My Babe avec un arrangement made in New Orleans. Toujours en 1971 paraît Fred McDowell Live At The Gaslight disque sur lequel le bluesman livre une interprétation slide enflammée. En 1975 Chuck Berryreprend le titre sur le dernier album qu’il grave pour Chess avant de signer chez Atco. En 1992, Lou Rawls s’en empare sur Portrait Of The Blues avec Buddy Guy à la guitare et Houston Person au saxophone. C’est le saxophoniste de jazz Hank Crawford qui prend le relai en 1998 sur l’album After Dark.
Près de 50 ans plus tard le titre inspire toujours puisqu’en 2013 le jeune Australien Troye Sivan l’interprète avec une touche electro-hip-hop.
Cette chanson semble ne pas vieillir et le succès ne se dément pas. Il est vrai que le thème de la relation amoureuse homme/femme traverse les âges. Bluesmen, jazzmen, rockers, pop singers, chacun se l’approprie, lui donne sa couleur et My Babe continue de vivre sa vie d’une génération à l’autre. La liste des interprètes qui ont mis cet incontournable ritournelle à leur répertoire pourrait semble-t-il s’allonger à l’infini: Ronnie Milsap, Conway Twitty, The Steve Miller Band, Shocking Blue, North Mississippi Allstars, Dr Feelgood, Wilko Johnson, UK Subs, Robert Gordon, Nine Below Zero… On aurait plus vite fait de demander qui n’a pas enregistré sa version de My Babe ?

blues my babe

Gilles Blampain

blues


Little Walter

Vince Taylor

Ike & Tina Turner

Fred McDowell

Hank Crawford

Lonnie Smith