Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

été 20
Chroniques CD du mois Interview: JUNKYARD CREW Livres & Publications
Portrait: BLIND LEMON JEFFERSON Interview: MAINE IN HAVANA Portrait: ROBERT FRIPP
 


UNE CHANSON



blues deraime
blues deraime
BLUES DUKE ROBILLARD



Voilà une chanson qui avec son côté légèrement scabreux a tout pour faire hurler les ligues féministes. Ce titre révèle l'âme libertine de la Nouvelle-Orléans avec des paroles à la fois étonnantes tout autant que sexistes. Tout commence par le dénigrement d’une femme et continue par un regard lubrique très prononcé posé sur cette dernière. Le rythme est lancinant. Une montée de chaleur, un désir qui étouffe. Le chanteur/narrateur n’en peut plus de voir cette fille qui n’est qu’une péquenaude mais avec laquelle il aimerait tant s’envoyer en l’air.
Down home qualifie l’aspect rural du sud, l’attitude chaleureuse des individus mais également  leur côté un peu frustre. Alors, down home girl : péquenaude ou vraie fille du sud ? Là réside toute la subtilité du terme. En tout cas cette fille est tellement nature... c’est le terme que nous retiendrons.

Zone de Texte:Lord I swear the perfume you wear
Was made out of turnip greens
And everytime I kiss you girl
It tastes like pork and beans.
Even though you’re wearing them
Citified high heels
I can tell by your giant step
You been walkin' through the cotton fields
Oh, you're so down home girl 
Bon Dieu, je le jure le parfum que tu portes / A été fait avec des feuilles de navets / Et chaque fois que je t’embrasse ça a le goût du porc aux haricots / Même si tu portes ces talons hauts de la ville / Je peux dire à ton pas de géant / Que tu as marché dans les champs de coton /
Oh, tu es tellement nature.

Le premier enregistrement de ‘Down Home Girl’ est fait en 1964 par Alvin Robinson sur le label Red Bird. Une interprétation très soul soulignée par des cuivres omniprésents. La chanson a été écrite par Jerry Leiber et Art Butler (produite par Jerry Leiber et Mike Stoller). En novembre de la même année, les Rolling Stones en gravent une version toute personnelle pour leur 2ème LP qui paraît en février 1965. Ils ralentissent légèrement le rythme et apportent une couleur différente avec une ligne de basse bien marquée et un pont à l’harmonica.
En 1966, les Coasters reprennent le titre. Quand ils entrent en studio leur dernier grand hit remonte à quelques années déjà (‘Little Egypt’ : 1961). Après une intro avec saxo, basse et vibrato de guitare, le band part dans le registre qui a fait son image de marque. ‘Down Home Girl’ reste dans la tradition des harmonies vocales du groupe. Le public, habitué depuis quelques temps à d’autres tonalités, associe peut-être les Coasters à une époque désormais révolue et le succès escompté n’est pas au rendez-vous. Cette interprétation avec les voix de ténor et de basse est assez plaisante comparée à celle de Robinson ruisselante de convoitise libidineuse avec son grognement soul et celle des Stones un brin salace et enrobée d’un son bien poisseux de southern blues.

      Everytime you monkey child                         Chaque fois que tu traînes môme
You take my breath away                              Tu me coupes le souffle
      And everytime you move like that                 Et chaque fois que tu bouges comme ça
      I gotta get down and pray                             Je dois m’agenouiller et prier
      Don't you know that dress of yours               Ne sais-tu pas que cette robe
      Was made out of fiberglass                           A été faite en fibre de verre
      And everytime you move like that                 Et chaque fois que tu bouges comme ça
      I gotta go to Sunday mass                             Je dois aller à la messe du dimanche
      Oh, you're so down home girl                       Oh, tu es tellement nature.

Oh, you're so down home girl
Une robe en fibre de verre. Cela signifie-t-il qu’elle serait transparente ? Peut-être très moulante. Une chose est sûre, la religion tourmente sévèrement ce jeune homme aux pensées lubriques.

Zone de Texte:I’m gonna take you to the muddy river
And push you in
Just to watch the water roll on
Down your velvet skin
I’m gonna take you back to New Orleans
Down in Dixieland
I’m gonna watch you do the second line
With an umbrella in your hand
Oh, you’re so down home girl.
Je vais t’emmener à la rivière boueuse / Et te pousser dedans / Juste pour voir l’eau couler / Sur ta peau de velours / Je vais te ramener à New Orleans / Là-bas dans le Dixieland / Je te regarderai suivre la parade / Avec un parapluie dans la main /
Oh, tu es tellement nature.

I'm with ya baby                              J’suis avec toi, bébé
You're so down home                      T’es tellement nature
Oh! Yeah, too much                        Oh! Ouais, vraiment trop
Outta sight                                       A l’abri des regards
You're so down home girl               Oh, tu es tellement nature 
               Oh! Yeah, too much
Ce titre n’a pas été repris par un très grand nombre d’artistes, mais Taj Mahal en a fait une adaptation pleine de saveurs tropicales, Tom Petty, lui, en a donné une version basique, bluesy et rauque avec passage d’orgue. L’interprétation de Roy Rogers, seul à la guitare, vaut le détour. Nazareth, le band écossais de metal, a mis la chanson à son répertoire, tout comme le groupe de old time et bluegrass de Nashville, Old Crow Medicine Show et les Foggy Bottom Bandits de Virginie. De jeunes artistes britanniques comme James Hunter ou Vic Armstrong ont également repris ‘Down Home Girl’ pour faire découvrir cette savoureuse chanson à la nouvelle génération.

   

Gilles Blampain



blues

Alvin Robinson

The Rolling Stones

Taj Mahal

Roy Rogers

Old Crow Medicine Show